Vous souhaitez consulter :

Ma fille est adolescente, peut-elle subir une réduction mammaire ?

Il n’est pas rare d’observer chez  les adolescentes, même  chez les filles pré-pubères, un développement anormal des seins qui se traduit par une hypertrophie mammaire pouvant causer des retentissements  psychologiques importants à cet âge, voire fonctionnels.

Il faut savoir que, pour diminuer un excès de poitrine, il faudra attendra la fin de la croissance mammaire. Celle-ci est complète et le plus souvent acquise à l’âge de 17 ans.

Garder au long cours un volume important, peut être gênant et les parents doivent le comprendre. Sur le plan clinique,  la peau peut se vergeturer au fil du temps et perdre de son élasticité puisqu’elle va être fortement étirée par le surpoids laissé, sans compter les maux de dos, les douleurs cervicales et les gênes occasionnées lors des grandes chaleurs.

Il est important de noter qu’il existe un risque de récidives si l’intervention est réalisée trop précocement (avant la fin de la croissance) puisque la glande mammaire n’est pas retirée dans sa totalité. Pour la même raison, le résultat définitif de la forme (galbe) peut s’en ressentir : les tissus résiduels peuvent toujours être sujets aux variations (poursuite de la croissance physiologique, variation de poids, etc.).

Un suivi psychologique est rarement nécessaire même avec la présence les premiers mois de ces cicatrices rosées assez visibles, la diminution et la remontée de la poitrine étant vécues comme une véritable délivrance au quotidien (et notamment pour se vêtir).

Si votre fille souffre d’une hypertrophie de la poitrine, seul un chirurgien expérimenté et qualifié pourra indiquer ou non une réduction mammaire.

< Voir la page sur l’intervention de réduction mammaire

< Voir toutes les questions "Réduction mammaire"