Vous souhaitez consulter :

Avant et après une réduction mammaire

Réduction mammaire

Avant la réduction de la poitrine

Avant une réduction des seins pour hypertrophie mammaire, il est toujours conseillé d’effectuer au moins deux visites. Elles permettent d’apporter au mieux toutes les informations et de répondre à toutes les interrogations. Des photographies de la poitrine sont prises. Un soutien-gorge de sport sans armature et à ouverture/fermeture facile est prescrit.

Pour les patientes âgées de plus de 35 ans, une mammographie et une echographie sont réalisées avant l’opération. Il en est de même pour les femmes plus jeunes présentant certains facteurs de risque de développement d’un cancer du sein (antécédents familiaux).

La patiente doit stopper le tabac au moins quinze jours avant l’intervention. En effet, en raison de la présence de nicotine, le tabac risque de favoriser une mauvaise cicatrisation (retard), voire une nécrose de la peau. De plus, la prise d’anti-inflammatoires, d’anti-coagulants oraux ainsi que l’aspirine doit être évitée 10 jours avant pour circonscrire toute éventualité d’hémorragie.

En consultation, le chirurgien esthétique explique son geste opératoire et détaille son intervention dans un devis qu’il remet à la patiente. Dans celui-ci, il est précisé le code de la nomenclature de la sécurité sociale (QEMA 013) sur lequel se base la mutuelle pour le remboursement.

Un médecin-anesthésiste est consulté obligatoirement au minimum 48 heures avant l’opération.

Après l’intervention

Lorsque l’intervention de réduction mammaire est terminée, on place un système de drainage destiné à limiter l’hématome. Il est retiré dès le lendemain, avant la sortie. Le chirurgien place sur la poitrine un pansement modelant en forme de soutien-gorge, retiré sous 24 à 48 heures et remplacé par le soutien-gorge à conserver durant 2 à 3 semaines nuit et jour pour le maintien des compresses (il pourra être ôté pour les douches quotidiennes).

En effet, les douches sont possibles dès le lendemain de l’opération avec un savon doux, même sur les cicatrices. Les fils se résorberont tout seuls.

Il est possible de ressentir une tension passagère de la poitrine à la suite de l’intervention. Des ecchymoses (bleus) et un œdème apparaissent souvent. Les éventuelles douleurs sont calmées à l’aide d’antalgiques prescrits dès la sortie de l’hôpital. Une gêne pour lever les bras peut également être ressentie les premiers jours et la sensibilité des aréoles peut être altérée temporairement (de quelques jours à quelques semaines).

Une nouvelle mammographie qui servira de référence lors des suivantes dans le cadre du dépistage du cancer du sein, pourra être pratiquée à partir du 6eme mois.

Il est conseillé d’être en arrêt maladie durant environ 1 à 3 semaines, selon l’activité professionnelle exercée. La reprise du sport est possible progressivement à partir de 4 semaines. Il est préférable d’attendre au moins 6 mois pour une grossesse. L’allaitement est assez souvent possible. Elle depend de la technique, de la poitrine de départ et de la localisation (et de la quantité) de glande retirée.

< Retour à l’intervention de la réduction mammaire

Article rédigé par le Dr David Picovski - Dernière mise à jour le 30 août 2012