Une intervention à visée esthétique : pour quels critères ? et pour quelle beauté ?

24 août 2014

Beauté de la nature, beauté d'un tableau, beauté d'une femme… Nos yeux ont soif de ce qui est beau et souffrent de ce qui est laid.
Chacun a ses propres critères de beauté

La recherche de la beauté passe souvent par la recherche d’une régularité et d’une symétrie, corrigeant « le trop » ou « le pas assez »

Il n’existe donc pas de normes précises pour définir la beauté.
Mais tout le monde la recherche.
Il n’existe surement pas une personne pour dire: « Je recherche du laid ».

Pourquoi une intervention ?

Le chirurgien esthétique contribue à cette quête de la beauté grâce à ses gestes opératoires qui allient technique et connaissance de l’anatomie (connaissance au minimum des critères anatomiques esthétiques objectifs) . Mais ce travail ne s’improvise pas. A l’analyse parfaite de l’anatomie générale, ce travail est sujet, malgré tout, de la part du chirurgien à une certaine subjectivité. Pour exemple, une analyse précise de l’anatomie d’un visage devra tenir compte de l’harmonie et des expressions faciales naturelles propres à chaque patient afin de se rapprocher à la fois au plus près d’un « visage de référence » mais aussi de celui recherché par le patient.

Si de nombreux visages peuvent nous émouvoir, certains peuvent cependant présenter des traits irréguliers. Malgré ces dysharmonies, ces visages peuvent parfois révéler une certaine forme de beauté, le charme. Une intervention à visée esthétique réussie doit s’appliquer à offrir une stratégie toujours personnalisée, et préserver certaines singularités pouvant être charmantes. Les normes répondant à un fameux chiffre d’or ne peuvent être appliquées à tous.

L’entourage accepte t-il la transformation de l’être aimé candidat à la chirurgie ?

Un proche qu’on aime ne semble jamais laid, l’amour et l’habitude transfigurant la réalité.
Une maman trouvera toujours son bébé très beau: même s’il a un gros nez, elle lui trouvera en revanche les plus beaux yeux du monde…
De plus, certains maris ou épouses, sont secrètement heureux des disgrâces physiques de leurs conjoint(e)s. Ils se savent seul(e)s à leur murmurer: « Tu es beau » ou « Tu es belle. »
C’est pourquoi, dans bien des cas, l’entourage n’est pas favorable à une opération de chirurgie esthétique qui risque de bouleverser la vision qu’ils ont de leur proche.

Nouveau physique, synonyme de nouvelle vie ?

On pourrait le croire, au vu des déclarations des fraîchement opéré(e)s: « Ma vie a été transformée car je suis plus sûr(e) de moi, je me sens beau ou belle, j’ose m’affirmer davantage etc… »

Mais peut-on promettre ce mieux-être à tous les candidats à la chirurgie esthétique?

Le chirurgien se doit de rester humble et prudent.
Il n’est pas un faiseur de miracles mais un praticien qui essaie d’améliorer le physique de ses patients. Et tant mieux si leur vie en est transformée…

< Retour à la page principale