Reconstruction de l’aréole et du mamelon après cancer

Reconstruction mammaire

Lorsqu’un sein doit être reconstruit à la suite d’une ablation consécutive à un cancer (mastectomie ou mammectomie), la patiente peut également souhaiter une reconstruction de l’aréole et du mamelon (plaque aréolo-mamelonnaire). Cette intervention est le souvent le dernier temps opératoire qui finalise la reconstruction du sein.

Pour chacun d’eux, il existe plusieurs techniques qui permettront de les restaurer et d’obtenir un résultat presque naturel. S’agissant de l’aréole, on pourra soit greffer de la peau issue du pli de l’aine, soit procéder à un tatouage (parfois les deux lorsque la pigmentation de la peau greffée n’est pas suffisante). Le mamelon sera reconstruit quant à lui soit en greffant une partie de l’autre mamelon s’il est assez important, soit en confectionnant un lambeau local (lambeau de Little) pour apporter le relief.

Quelle que soit la technique employée, le résultat est très proche de l’aspect naturel de l’aréole et du mamelon controlatéraux, restaurant ainsi pleinement la féminité de la patiente.

Une reconstruction de l’aréole et du mamelon après cancer est automatiquement prise en charge par la Sécurité Sociale (voir les tarifs d’une reconstruction mammaire).

Avant l’opération

Le chirurgien plasticien vous détaille son geste opératoire en consultation et vous transmet son devis. Sur ce dernier figurera le code de la nomenclature de la Sécurité Sociale pour la prise en charge. Une consultation 48h minimum avant l’intervention est obligatoire avec l’anesthésiste dans le cas d’une anesthésie générale.

La reconstruction du mamelon et de l’aréole

L’opération est très courte et dure généralement une demi-heure. Elle se pratique la plupart du temps sous anesthésie locale. La patiente peut toutefois demander une anesthésie générale. En fin d’intervention, le chirurgien vous confectionne un pansement léger qu’il dispose sur la greffe (bourdonnet).

Après la reconstruction

Les suites ne sont généralement pas douloureuses. Dans le cas où une petite boule de compresses aura été confectionnée (bourdonnet) pour maintenir fermement la greffe, elle sera retirée au bout de 5 jours. La patiente pourra ensuite appliquer des compresses grasses chaque jour pendant environ 2 semaines, jusqu’à la résorption spontanée des fils de suture (fils résorbables). Il faudra attendre quelques temps avant que la cicatrisation soit complète afin d’observer le résultat définitif de la reconstruction de l’aréole et du mamelon.

< Retour aux interventions de reconstruction mammaire

Article rédigé par le Dr David Picovski - Dernière mise à jour le 30 août 2012