Les différents grades de la malformation des seins tubéreux

Seins tubéreux

Différentes anomalies peuvent s’associer dans le cas de seins tubéreux, mais l’anomalie commune à tous les types de seins tubulaires est  toujours caractérisée par une base d’implantation du sein réduite.

Les 2 seins peuvent être tubulaires et posséder soit le même grade, soit 2 grades distincts.

L’anatomie du sein comporte 4 segments: supéro-externe, supéro -interne, inféro-externe et inféro-interne.

Définition du grade 1:
Dans le grade 1, seul le segment inféro-interne est déficient. L’aréole regarde en bas en dedans. Les seins peuvent être hypotrophiques , hypertrophiques ou de volume normal. Une plastie mammaire est effectuée. La cicatrice d’incision est verticale (ou en T dans certains cas) et est la même que celle effectuée pour les plasties générales des seins: liftings des seins ou pour les interventions de réductions des seins.

Définition du grade 2:
Dans le stade 2, les deux segments inférieurs (interne et externe) sont déficients, avec en conséquence une moitié inférieure du sein absente. La croissance mammaire ne s’effectue que dans les segments supérieurs d’où une aréole regardant vers le bas. Comme pour le grade 1, le chirurgien procède à une plastie mammaire. La mise en place d’implants mammaire est effectuée, avec une cicatrice d’incision dans la zone aréolaire avec éventuellement une cicatrice d’incision verticale (plastie dite en « I »).

Définition du grade 3:
Dans le stade 3, les segments inférieurs et supérieurs sont déficients. La base mammaire est rétrécie et la croissance mammaire s’effectue sous forme de tube. Il s’agit presque toujours de seins hypotrophiques. Une plastie glandulaire et la pose de prothèses sont effectuées. Outre l’apport de volume, la pose d’implants participe à abaisser les sillons souvent trop hauts situés. Les cicatrices d’incisions se situent dans la zone aréolaire et sont plus ou moins associées avec une cicatrice verticale, comme pour le grade 2 (plastie en « I »).

Il faudra attendre plusieurs mois pour commencer à voir la forme définitive de la poitrine reconstruite. La maturité cicatricielle mettra un an.  Parfois, un complément de correction peut être fait à distance pour parfaire la forme et la symétrie.

Un lipofilling ou injection de graisse autologue (graisse prélevée sur le corps de la patiente) peut parfois être envisagé pour le comblement de zones dépressives sur l’un ou les deux seins, ou quand un arrondissement du galbe est requis, lorsque les techniques chirurgicales classiques ne peuvent agir.

A noter,  dans certains cas notamment pour les grades 2 ou 3, une correction du pôle inférieur du sein en cas d’aspect en double contour peut être nécessaire si la plastie n’a pas été réalisée au début (demande de la patiente, correction par pose d’ implants seule). Ce double contour est dû au repositionnement plus bas du sillon sous-mammaire et à la réticence cutanée à se distendre par la mise en place de la prothèse. Dans ce cas, une plastie mammaire à cicatrice verticale (sous le l’aréole) est indiquée.

Bien sur, ces traitements complémentaires seront effectués selon les souhaits de la patiente et seulement lorsque le délai de cicatrisation complète sera atteint (un an).

Retour sur l’opération des seins tubéreux

Article rédigé par le Dr David Picovski - Dernière mise à jour le 31 janvier 2013

Commentaires (6)

  • karine dit :

    bonjour jai une petite question est ce que si jai deja etais operée pour des seins tubereux mais je n’est pas voulus mettre de protheses la securité social ma prise en charge mais le chirurgien ne m’avait pas parlé de cette technique de lipofilling je voulais donc savoir si cela serait pris en compte par la securité social de faire cette 2eme intervention?

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Il est fort possible que dans le cadre d’une reconstruction qu’un lipofilling soit pris en charge mais il est important de bien savoir que les lipofilling se font dans des cas très particuliers. Votre chirurgien a-t-il posé l’indication d’un lipofilling ? Souhaitait-il initialement mettre une prothèse pour améliorer le galbe du sein et abaisser le sillon ? Retenez que les lipofilling apportent du volume mais généralement ont peut d’impact sur la correction du galbe dans le cadre d’un syndrome des seins tubéreux.
      Je reste à votre disposition si vous souhaitez m’adresser des photos via le formulaire de contact. Cordialement.

  • Crapouille dit :

    Bonjour Docteur,
    J’ai les seins tubéreux ( je ne connais pas le grade peut-être deux. Il me manque de la matière sous les aréoles).
    Je souhaiterais savoir dans quels cas, le lipofilling peut-être effectué? Et si il faut renouveler l’opération souvent, comme les prothèses?

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Le lipofilling donne de moins bon résultat esthétique dans les stades avancés des seins tubéreux. En effet, le défect cutané qui se situe à la partie basse de l’aréole est moins bien expansé qu’avec une pose d’implants. Effectivement, l’implant mammaire, dans ces cas là, permet d’abaisser le sillon et de corriger le défaut de volume situé en dessous de l’aréole en remplissant de manière plus compacte cette zone. La peau à ce niveau est ainsi mieux déroulée mais pas toujours c’est pourquoi dans certains cas, il faut y associer une plastie de l’aréole qui aura pour but le plus souvent de diminuer la taille de l’areole et de corriger l’aspect en double contour (ou « aspect en double sillon ») que l’on peut avoir même après une pose d’implants. Retenez qu’un lipofilling n’apportera qu’un volume modéré. Il faudra, si son indication est posée, plusieurs séances pour corriger une hypotrophie initiale importante. La prothèse permet le traitement en un seul temps opératoire. Pour ce qui est du renouvellement potentiel des interventions, retenez que les prothèses ne se changent pas tous les 10 ans mais se gardent à vie sauf si elles présentent un problème (coque, rupture qui sont rares).
      Je reste à votre disposition si vous souhaitez m’adresser des photos via le formulaire de contact ou si vous avez d’autres questions. Cordialement

  • Crapouille dit :

    J’aimerais également savoir l’intérêt du plastie glandulaire et comment se pratique t-elle?

    • Dr Picovski dit :

      Rebonjour. Retenez qu’une plastie glandulaire ne se conçoit que si le volume initial est suffisant. Le but consiste à réaliser un lambeau glandulaire pour réhabiter le segment de sein manquant situé sous l’aréole, ceci afin de créer un joli « déroulé ». Une plastie glandulaire sera difficilement réalisable donc en cas de faible volume et notamment lorsque le stade du sein tubéreux est avancé (II, III) où il existe un sillon avec anneau fibreux au niveau de la peau empêchant la peau de s’expandre.
      Cordialement