La chirurgie esthétique des paupières asiatiques

29 septembre 2013

Sur le plan anatomique, les paupières asiatiques ont des caractéristiques physiques spécifiques, avec des variantes.
Certaines paupières supérieures (environ une personne asiatique sur deux) ne possèdent aucun pli, donnant au regard un aspect excessivement bridé.

Les personnes d’origines asiatiques, américaines précolombiennes, ainsi que certaines personnes originaires de Sibérie orientale présentent  également un repli vertical de la peau s’étendant de la paupière supérieure jusqu’au bord du nez. Ce repli appelé épicanthus, ou encore pli épicanthique, accentue l’aspect bridé du regard.

Le souhait de la patiente ou du patient d’avoir une paupière plus occidentale, et de « débrider » plus ou moins son regard, est réalisable grâce à une blépharoplastie spécifique. Encore appelée « double eyelid surgery » en anglais, cette intervention est très fréquente, notamment en Extrême-Orient.

Quelques prudences

La blépharoplastie asiatique est une chirurgie subtile qui doit être impérativement  réalisée par un chirurgien habilité à ce type d’intervention. Il peut s’agir d’un chirurgien plasticien, d’un ophtalmologiste ou d’un chirurgien spécialisé dans la chirurgie de la face. Lors de l’examen préopératoire, le praticien doit définir en concertation avec son patient, la hauteur et la position du pli palpébral à créer. Les caractéristiques des tissus du patient doivent être rigoureusement analysés, afin de mieux cibler la technique à réaliser.

Objectif de la blépharoplastie asiatique

La blépharoplastie asiatique, communément appelée la blépharoplastie d’occidentalisation des yeux (ou « européanisation des paupières »), consiste à créer un pli sur une paupière supérieure qui n’en comportait pas à l’origine, à confirmer un pli insuffisamment marqué, ou à améliorer la position et/ou la hauteur d’un pli déjà existant. Il s’agit du pli palpébral. L’objectif premier est d’embellir le regard, plus que de l’occidentaliser. A noter, certains sujets occidentaux peuvent également présenter un pli palpébral insuffisamment marqué ou mal positionné.

L’intervention en pratique

Comme toute blépharoplastie, l’intervention se déroule en mode ambulatoire, c’est à dire que le patient entre et sort le jour même de l’intervention. L’anesthésie est locale ou générale et son choix est déterminé en fonction de la sensibilité du patient. La durée de l’intervention est d’environ 45 mn.

Chaque blépharoplastie est unique et va dépendre du degré de correction désiré, des composantes graisseuses et cutanées de la paupière supérieure et de leur excès ou non. Le pli palpébral sera placé plus ou moins haut selon l’anatomie propre à chacun et selon qu’il s’agisse d’une femme ou d’un homme.

  • Le geste chirurgical consiste en un premier temps à créer un pli palpébral sur la paupière supérieure. Le pli est créé en reliant la peau de la paupière à l’aponévrose du muscle orbiculaire. Il peut s’aider (c’est le cas le plus souvent), pour mieux définir ce pli, d’un retrait de poches graisseuses, ce qui a également pour but de donner un regard moins alourdi.
  • Parfois, dans le même temps, le contour des yeux est retouché (canthopexie) afin d’apporter au regard un aspect moins étiré et légèrement plus arrondi au besoin.
  • L’épicanthus peut être également enlevé dans de rares cas. Comme vu plus haut, il s’agit du repli vertical s’étendant de la paupière supérieure jusqu’au bord du nez.

A noter, le plus souvent,  le chirurgien va préférer conserver l’épicanthus et se contenter de créer un pli palpébral.  La seule création d’un pli palpébral suffit généralement à ouvrir un regard trop bridé, tout en conservant l’expression et le charme d’origine du regard.

 Blépharoplastie des paupières asiatiques

L’objectif de la blépharoplastie des paupières asiatiques est d’ouvrir et d’embellir le regard grâce à la création d’un pli palpébral supérieur

La création du pli palpébral: les techniques utilisées

  • L’incision cutanée horizontale le long de la paupière: c’est la technique la plus réalisée, car elle a l’avantage de permettre le retrait d’un éventuel excès de peau et de tissus graisseux et conduit à des résultats plus précis. La peau est détachée du muscle orbiculaire. Les tissus graisseux en excès sous le muscle sont éventuellement ôtés afin de mettre en évidence l’aponévrose du muscle. La peau et l’aponévrose sont ensuite suturées sur toute la longueur de l’incision.
  • La technique des mini-incisions:  3 à 6 très fines incisions sont réalisées sur la paupière supérieure au niveau du pli palpébral souhaité. Tout comme la première technique citée plus haut, les tissus graisseux en excès sont ôtés pour mettre en évidence l’aponévrose du muscle orbiculaire. Des sutures sont effectuées au niveau de chaque petite incision. Cette intervention ne permet pas de retirer un éventuel excès de peau et peut présenter un risque de récidive.

Suites opératoires

Les présences d’ecchymoses (bleus) et d’un oedème sont normales et consécutives à l’intervention. Une éviction sociale est souvent nécessaire la semaine suivant l’opération. Les points de sutures sont ôtés dans les cinq jours après l’intervention.

Résultats

Effectuée par un praticien habilité pour ce type d’intervention raffinée, la blépharoplastie asiatique est dans la plus grande majorité des cas une intervention sûre, sans danger, et offrant des résultats très satisfaisants. Les cicatrices sont entièrement dissimulées dans les plis palpébraux nouvellement réalisés, donc non visibles. Les résultats sont pleinement appréciables au bout de deux mois et définitifs au bout de 6 mois.

< Plus d’information sur la chirurgie des paupières

< Retour sur la page d’accueil