L'opération de la gynécomastie: le traitement de la poitrine chez l'homme

Gynécomastie

La gynécomastie, se définit par une hypertrophie de la poitrine chez l’homme. Cette augmentation du volume de la glande mammaire correspond à une hyperplasie uni ou bilatérale, la gynécomastie pouvant se présenter de façon symétrique ou non.

Le développement glandulaire se caractérise par une consistance ferme à la palpation. Chez l’homme normal, la glande mammaire existe mais est définie par un simple bourgeon mammaire. Chez l’homme souffrant de gynécomastie, la glande mammaire est dense et son développement est concentré autour de l’aréole. La chirurgie de la gynécomastie consiste à procéder à l’exérèse de la glande mammaire.

Il faut différencier les réelles gynécomasties des adipomasties, encore appelées pseudo ou fausses gynécomasties. Plus fréquentes, les adipomasties se caractérisent par une accumulation graisseuse non centrée sur l’aréole et installée sur l’ensemble du sein. La consistance à la palpation est molle et insensible. La chirurgie consiste à ôter les composantes graisseuses en excès par lipoaspiration ou liposuccion.

Souvent, on observe des gynécomasties associées à des adipomasties. On parle d’adipo-gynécomastie. Le traitement chirurgical est une lipoaspiration des excès de cellules graisseuses conjugué au retrait de la glande mammaire.

Traitement d'une gynecomastie glandulaire et graisseuse

Traitement d’une gynecomastie glandulaire et graisseuse

La gynécomastie est une pathologie fréquente et difficilement assumée.  En effet, avoir des « seins » chez un homme dont la  poitrine masculine est sensée épouser le muscle pectoral, induit assez souvent une gêne psychologique de grande intensité car elle constitue une forme d’atteinte à la virilité pouvant conduire, dès l’adolescence, à un repli sur soi : impossibilité de se mettre torse nu en public (à la plage, à la piscine, dans les vestiaires sportifs…), de porter des vêtements près du corps… Outre les problèmes psychologiques qu’elle occasionne, la gynécomastie peut s’avérer douloureuse parfois.

La gynécomastie est bien plus fréquente qu’on peut le penser puisqu’elle touche plus de la moitié des hommes. Cette pathologie peut tout à fait être corrigée, qu’elle soit idiopathique (c’est à dire sans cause trouvée) ou consécutive à une production anormale d’hormones liée à un traitement médicamenteux ou non.

En présence d’un problème hormonal, un simple traitement médical spécifique avant tout traitement chirurgical peut aider à la faire disparaître. Dans les cas où aucune cause n’est trouvée, c’est la chirurgie plastique qui permet de corriger définitivement une gynécomastie et de retrouver un torse harmonieux.

autre-resultat-gynecomastie

Autre résultat après opération

Les résultats d’une exérèse chirurgicale de la glande sont radicaux et définitifs pour les cas de gynécomastie glandulaire pure. Il en est de même pour les formes à composante graisseuse prédominante traitée par lipoaspiration exclusive, cependant la surveillance de toute prise de poids sera de rigueur pour pérenniser le résultat. Outre le confort physique, l’opération de gynécomastie apporte au patient un bénéfice psychologique considérable, le patient retrouvant une poitrine masculine.

Une intervention de chirurgie esthétique, comme toute autre intervention de chirurgie, comporte toujours une part d’aléas. Le recours à un chirurgien esthétique compétent et qualifié auprès de l’Ordre National des Médecins permet de limiter les risques ou complications. Le chirurgien plasticien vous accompagne avant, pendant et après l’intervention en assurant un suivi post-opératoire consciencieux et rigoureux.

Correction d’une gynécomastie associée à une lipoaspiration des prolongements externes et du ventre

Avant l’opération

On recommande 1 à 2 visites préopératoires avec le chirurgien plasticien. Il est nécessaire de rechercher dans un premier temps les origines et les causes possibles de la gynécomastie, le geste chirurgical n’étant réalisé qu’après échec du traitement de la cause. Un bilan endocrinien complet est prescrit afin d’écarter toute cause hormonale. La stratégie d’intervention est adaptée à chaque patient. Une visite avec l’anesthésiste est obligatoire au moins 48h avant l’intervention pour la préparation de l’opération. Le chirurgien doit transmettre un devis détaillé listant l’ensemble des points de l’intervention (plus d’infos sur les prix d’une correction de gynécomastie). La technique chirurgicale et les modalités d’hospitalisation sont exposées au patient.

L’opération de la gynécomastie

La durée de l’opération pour une correction de gynécomastie varie de 20 minutes dans le cas d’une simple liposuccion (adipomasties ou gynécomasties graisseuses pures) et jusqu’à une heure pour les gynécomasties où le retrait de la glande mammaire doit être associée (gynécomasties glandulaires ou mixtes). Ainsi, la réduction de la poitrine chez l’homme concerne soit la graisse, soit la glande, soit les deux. La durée d’hospitalisation varie également selon les cas, mais elle se fait le plus souvent sur une journée (ambulatoire). Un bandage est disposé tout autour de la poitrine en fin d’opération pour diminuer l’apparition des œdèmes.

Les suites opératoires

S’il s’agit d’une simple lipoaspiration, les douleurs sont minimes, apparentées à de simples courbatures. Dans le cas d’un retrait de glande associé, il est souvent nécessaire de prendre des antalgiques pour bien  calmer les douleurs durant les premières 24 heures. Des ecchymoses (bleus) et un oedème apparaissent sur la zone traitée et se résorbent peu à peu. Une désinfection quotidienne doit être réalisée. Un arrêt de travail de quelques jours à 10 jours est recommandé en fonction de l’activité professionnelle. La reprise du sport se fait sous 3 à 4 semaines selon les cas. Les cicatrices, inhérentes à toutes chirurgies, dépendent de la technique chirurgicale employée et des facteurs physiologiques du patient (âge, qualité cutanée…). Le résultat définitif et optimal de l’opération de gynécomastie est appréciable au bout de plusieurs semaines, le temps que l’œdème se résorbe, que l’excédent cutané se rétracte et que le sein épouse complètement le muscle pectoral.

Resultat d'une opération ayant eu pour but la correction des 2 composantes

A droite, resultat d’une opération ayant eu pour but le traitement des 2 composantes (graisseuse et glandulaire)

Pour en savoir plus sur le traitement de la poitrine chez l’homme…

Les causes de la gynécomastie >
Avant l’opération de la poitrine masculine >
Déroulement de l’opération de la gynécomastie >
Les cicatrices laissées par l’opération >
Après une correction d’hypertrophie mammaire masculine >
Risques et complications >
Prix et prise en charge >

Le Docteur Picovski vous garantit un suivi consciencieux et prévenant. Vous pouvez le joindre à tout moment, 24h/24, pour toute question post-opératoire. Les consultations post-opératoires sont comprises dans son forfait, vous pouvez revenir aussi souvent que vous le souhaitez.

Article rédigé par le Dr David Picovski - Dernière mise à jour le 18 août 2016

Galerie Photo

Commentaires (118)

  • yves dit :

    bonjour
    Je suis un homme de 34 ans et je vis avec une forme de gynecomastie/adipomastie (car je ne sais pas si c’est juste graisseux ou mixte) modérée depuis ma puberté.
    Pour diverse raisons je n’ai jamais eu le courage d’entreprendre une premiere demarche. Je ne souhaite plus gacher mon quotidien en pensant constemment a cela et souhaite donc faire un premier pas vers le traitement.
    Donc voila ma question: qu’elle est la premiere chose que je dois faire? prendre rendez vous avec vous? appeler mon medecin? prendre rendez-vous avec un endocrinologue?(…deja fais mais j’ai eu la mauvaise experience de tomber sur une personne qui ne voyais pas que cela me genait et s’est contenter de me prescrire une pommade inutile)?

    • Dr Picovski dit :

      bonjour
      Avant de consulter pour une opération l’idéal serait de faire un bilan hormonal et morphologique (radio et éventuellement echographie) auprès d’un endocrinologue près de chez vous.
      Si une aucune anomalie n’est décelée, une opération peut être envisagée si cette gynécomastie est importante et si elle gène psychologiquement.
      Malheureusement, souvent les traitements comme les crèmes, pommades sont insuffisants pour les gynécomasties avérées

  • Thierry dit :

    Bonjour, Je suis un homme et je souffre d’adipomastie tres importante depuis la puberté a cause d’un surpoid. J’ai decidé de changer cela pour ne pas passer a cote de beaucoup de chose .. Je voulais savoir si le fait de perdre du poids avant l’operation pouvais ameliorer les resultats ? est ce que je dois me mettre à la musculation? Je voulais savoir le prix d’une operation ? votre disponibilite pour operer ? et votre experience dans le sujet (combien d’operation de ce genre …) ? Merci

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour,
      L’idéal serait effectivement une perte de poids au maximum de vos possibilités, cela permettra d’apprécier certes de manière la plus fiable la qualité de la peau (nécessité d’un retrait de peau ?, d’une liposuccion malgré l’amaigrissement pour retirer la graisse résiduelle ? ou d’un retrait de la glande en complément ?) mais aussi de rendre le temps de cicatrisation plus rapide. La musculation comme le régime fait partie des mesures hygiéno-diététiques qui sont toujours souhaitables que ce soit avant comme après l’opération. Le tarif d’une opération de gynécomastie ne peut être établit sans vous avoir reçu au préalable chaque patient étant unique. Vous devez savoir cependant qu’en cas d’hypertrophie vraie de la poitrine cette opération est prise en charge par l’assurance maladie. Mes disponibilités opératoires dépendront des résultats des examens que vous pourrez me fournir lors de la première consultation ; en effet, avant cette intervention un bilan hormonal complet doit etre réalisé par un endocrinologue. De plus une consultation préopératoire auprès d’un anesthésiste doit etre effectuée minimum 48h avant votre opération. Vous donnez un nombre de patient opéré est difficile néanmoins, sachez qu’il s’agit d’une opération courante lors de mes programmes opératoires. Je reste à votre disposition. Cordialement

  • Carlos dit :

    bonjour, je souffre d’un gonflement de ma poitrine depuis mon trés jeune age, et ce jusqu’a maintenant, et je souffre encore plus en saison d’été, lorsque je mets des pulls moulants ou quand je pars a la plage.
    mais le probleme est que je ne sais pas est ce c’est du au surpoids (je pése 94 Kg pour 1.77 M), ou bien si c’est un trouble hormonal.
    mes questions sont les suivantes:
    1/comment pourrais je savoir est ce que j’ai une gynecomastie, et si c’est le cas comment pourrais je savoir est ce qu’elle est graisseuse ou glandulaire, tout en sachant que je ne souffre d’aucune autre maladie.
    2/ est ce que je peux traiter la gynecomastie sans intervention chirugicale, et quelle pourrait etre le traitement idéal.
    3/ si malheureusement la chirurgie est la seule solution, combien ca peut couter en moyenne ? et est ce que le résultat est sur.
    4/si c’est du a l’obesité, est ce que la liposuccion peut régler l’affaire.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Le diagnostic d’une gynécomastie est clinique (c’est-à-dire qu’il n’est pas nécessaire de faire un examen comme une échographie pour faire le diagnostic). Généralement, à la palpation nous arrivons à voir si celle-ci est graisseuse ou/et glandulaire. L’échographie réalisée au cours du bilan peut cependant aider à mieux connaitre le ratio. Pour la corriger, l’opération consiste généralement à réaliser une lipoaspiration de la poitrine associée à un retrait de la glande en faisant une petite cicatrice au pourtour inférieur de l’aréole. Pour répondre à votre 2ème question, une intervention chirurgicale n’est jamais obligatoire. L’indication dépendra de l’importance des signes cliniques et de votre gène. Avant de réaliser l’opération, il faut pratiquer un bilan hormonal chez un endocrinologue afin de s’assurer de l’absence de cause hormonale dans ce phénomène. Le plus souvent, dans 95% des cas, aucune cause n’est retrouvée (on parle de gynécomastie idiopathique). Si par contre un problème est décelé lors du bilan, la correction de ce dernier permettra à la poitrine de diminuer de volume et d’éviter peut être l’opération. En réponse à votre 3ème question, lorsqu’il s’agit d’une véritable hypertrophie gênant psychologiquement le patient, l’opération est automatiquement prise en charge par la sécurité sociale sans aucune demande d’entente préalable. Ce type de chirurgie donne de bons résultats et les hommes qui étaient complexés (notamment l’été) sont très satisfaits: ils peuvent s’habiller à nouveau normalement ou aller à la plage… mais comme vous le savez s’il s’agit toujours d’une intervention chirurgicale qui comporte des risques. Si vous souhaitez, je peux vous adresser une fiche d’information si vous m’adressez votre adresse mail via le formulaire de contact. Pour ce qui est de la 4ème question, effectivement, vous présentez un surpoids. L’idéal serait, avant toute intervention, de perdre du poids afin d’arriver à un poids le plus proche possible de la normale. Peut être que cet amaigrissement pourra suffisamment réduire la volume de vos seins et vous faire éviter cette opération.
      Effectivement, lorsqu’il s’agit d’une gynécomastie graisseuse pure, une liposuccion seule de la poitrine peut régler le problème. Si vous souhaitez, vous pouvez m’envoyer vos photos et je vous répondrais plus précisément.En restant à votre disposition. Cordialement.

  • Sebastien dit :

    Bonjour jai un gynecomastie avec une glande depuis plus de 10 ans je sui completement gene et evite toujour de me mette en torse nue en public je ne veux plus vovre avec se defaut je n ai aucune confiance en moi je voudrai qu on maide

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour,
      J’aimerai bien vous aider. Il existe fort heureusement une solution à votre gynécomastie probablement glandulaire. Pourriez vous vous rapprochez d’un endocrinologue afin qu’il puisse faire un bilan pour éliminer toutes causes qui pourraient être possiblement traitées médicalement. Si aucune cause ne venait à être décelée ou si un traitement médical venait à échouer je reste à votre disposition pour corriger cette gynécomastie chirurgicalement, le plus souvent cela prend une demie-journée pour le faire. Cordialement

  • Pseudo (Nom/Prénom)* dit :

    Bonjour, je suis un homme de 39 ans et je souffre également de gynecomastie / adipomastie (je ne sais pas l’identifier). J’ai assurément un surpoids (1m75 pour 93kg) mais j’ai toujours eu ces »sein », en tout cas depuis mon adolescence et même il y a 3 ans de cela, lorsque je pesais encore 70 kg ! Cette situation me frustre tant dans mes relations sociales qu’intimes. En effet, je suis en chemise toute l’année et même à la plage. Je vous assure être au bout du rouleau et souhaite vivre enfin, comme chacun. Pouvez vous m’indiquez les démarches à effectuer et aussi les tarif!s? En effet, je n’ai pas spécialement les moyens de financer une telle opération (quasi vitale pour moi…) et j’aurai souhaité savoir comment me rapprocher de la sécurité sociale pour bénéficier d’une prise en charge, même partielle. J’ai entendu dire que ce type d’opération ne sont quasiment jamais prise en charge car considérées comme superflue. Je vous assure que pour moi, ce n’est pas un excès de zèle, bien au contraire. Je veux seulement vivre comme une personne normale. Merci de me répondre ou en tout cas, de m’avoir lu.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour Monsieur, je vous remercie pour votre confiance et ce message que j’ai bien lu
      Je peux déjà tout de suite vous dire pour, j’espère, vous rassurer que, compte tenu de votre gêne psychologique, cette intervention est prise en charge par la sécurité sociale. La prise en charge est automatique et n’oblige pas à la rédaction d’une demande d’entente préalable auprès du médecin conseil. Bien évidemment, la gynécomastie doit etre suffisamment importante pour nécessiter une correction. Si vous le souhaitez, vous pouvez m’envoyer vos photos afin que je vous donne un premier avis ou contacter mon assistante au cabinet pour une prise de rendez vous et avoir plus de renseignements. Pour ce qui est du remboursement des dépassements d’honoraires, généralement la mutuelle rembourse partiellement ou totalement ces frais selon le contrat souscrit. Le codage est QEFA 002 et ce dernier peut vous aider à connaitre votre taux de remboursement auprès de votre mutuelle. Je reste à votre disposition. Cordialement

  • vincent dit :

    j’ai 17 et sa fait depuis a peu prés l’age de 13 ans que j’ai une gynécomastie je n’ai pas consulté un médecin car je pensé que cela aller partir. quel est mon probleme? et que dois-je faire ?. merci d’anvance

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Généralement lors de l’adolescence, la gynécomastie est transitoire et il ne faut surtout pas intervenir pour l’instant. L’idéal serait d’attendre un peu afin d’espérer une résorption spontanée. Avez-vous pu voir un médecin endocrinologue afin qu’il puisse faire un bilan ? Si sous le souhaitez, vous pouvez m’adresser des photos via le formulaire afin que je quantifie l’importance de cette gynécomastie et que je puisse vous donner un premier avis.
      Cordialement

  • hocine_lynasa@hotmail.fr dit :

    Voila, j’ai un peu plus de 40 ans et je vis avec ce probleme depuis ma pubereté. Je suis marié, j’ai des enfants, mais ma poitrine me géne énormement dans ma vie quotidienne, au travail et partout ou je suis, particuliérement en été. Je ne porte jamais de T-shirt, jamais de plage. Imaginez ma situation psychologique.
    Je vis en algérie et donc je me demande si ici il y a moyen de faire quelque chose.
    Je serais franchement trés soulagé si je m’en debarasser.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Je suis sure que votre problème de poitrine pourra être pris en charge en Algérie. J’ai beaucoup d’amis et collègues sur place. Il serait bien que vous vous rapprochiez d’un service de chirurgie plastique (également, il serait bien de consulter un endocrinologue afin de faire un bilan hormonal). Si vous souhaitez cependant un premier avis, vous pouvez m’adresser des photos de votre gynecomastie. Je reste à votre disposition. Cordialement

  • Arthur dit :

    Bonjour monsieur, tout d’abord je tiens a vous remercier de nous consacrer du temps à répondre à nos interrogations.
    Voilà, j’ai moi aussi un problème au niveau de la poitrine, j’ai actuellement 20ans et je suis très complexé à ce niveau. Je fais du sport, de la musculation en parallèle, mais je n’arrive pas à éliminer cette poitrine très gênante. J’ai plutôt honte quand il s’agit de se mettre torse nue. Depuis quelque temps je fais attention a mon alimentation afin de perdre du poids, j’ai perdu certes du ventre mais pas de poitrine. Je mesure actuellement 1m67 pour 66kg (j’ai pesé jusqu’à 74kg), je suis déterminé a résoudre ce problème qui me gêne au quotidien. Je me tourne donc vers vous en espérant que vous puissiez d’après votre expérience me donner des conseils et/ou des médecins spécialisés à consulter. Je suis assez perdu dans le domaine de la médecine et je ne sais donc pas trop vers qui me tourner, je ne pense pas que mon médecin généraliste puisse me conseiller là dessus. Doit on obligatoirement passer par la chirurgie pour traiter ce problème ?
    Dans l’attente d’une réponse de votre part, je me tiens à disposition pour de plus amples informations.
    Cordialement.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Je vous remercie pour votre commentaire. L’idéal, avant d’envisager tout traitement (qui est dans ce cas par définition non obligatoire), serait que vous vous rapprochiez d’un endocrinologue afin qu’il puisse faire un bilan endocrinien ; ceci afin d’éliminer une cause dont le traitement pourrait alors faire régresser, sans aucune chirurgie, votre gynécomastie.
      En l’absence de cause décelée ou dans le cas d’une absence de régression après le traitement de la cause, une intervention peut être alors envisagée si vous le souhaitez. Une gynécomastie lorsqu’elle est « accusée » et complexante (comme vous le décrivez) est prise en charge par la sécurité sociale. L’opération se déroule le plus souvent en ambulatoire c’est-à-dire que vous entrez le matin et en ressortez le soir même.
      Je reste à votre disposition si vous souhaitez m’adresser des photos ou si vous avez des questions supplémentaires. Cordialement.

  • Arthur dit :

    Merci de votre réponse, ou puis-je vous envoyer des photos pour avoir votre avis personne ? Savez-vous si il faut l’avis de notre médecin généraliste pour consulter un endocrinologue comme il faut parfois pour consulter des spécialistes ? Et enfin une dernière question, pouvez vous m’indiquer combien coute environ une consultation auprès d’un endocrinologue ? ( car il s’agit d’un spécialise donc je pense que la consultation ne dois pas être la même qu’un médecin généraliste).
    Cordialement.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. L’idéal serait peut être que vous consultiez votre médecin généraliste pour avoir son avis. Il peut tout à fait faire le bilan de votre gynécomastie. Pour ce qui est de vos photos, vous pouvez me les adresser par le formulaire de contact situé sur la colonne de droite si vous le souhaitez. Je ne peux malheureusement pas vous répondre concernant le tarif d’une consultation auprès d’un endocrinologue car celui-ci varie d’un médecin à un autre. Il faudra par contre si un rendez vous est prévu, demander au préalable ce tarif. (Dans ce cas, comme avec le chirurgien plasticien, une feuille de soins est remise pour le remboursement par la sécurité sociale et par votre éventuelle mutuelle).Je reste à votre disposition. Cordialement.

  • mehdi dit :

    Bonjour a tous, je souffre d une gynecomastie mixte . J ai 23 ans et je souffre enormement sa me complique la vie c est super genant. Pourrais-je faire l’operation ou ici au maroc ? Et surtout pourrais je subir l operation sous anesthésie locale ?

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour, une opération de gynécomastie peut dans certains cas se faire sous anesthésie locale, cela depend de l’etendue et l’importance de la gynécomastie. Il me semble voir que vous êtes originaire du Maroc. Souhaitez-vous pratiquer cette intervention en France ? Avez-vous des questions complémentaires ? vous pouvez, si vous le souhaitez, m’adresser des photos de votre poitrine via le formulaire de contact.Je reste à votre disposition. Cordialement

  • Hervé dit :

    Bonjour,

    Est-il raisonnable/possible de partir en vacances après une telle opération (gynécomastie bilatérale) ?
    j’entends par vacances, plage, piscine, etc..
    Merci par avance,
    Cdt.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Merci pour votre question qui est fréquemment posée lors de la consultation. Retenez que les suites vont dépendre du type de gynécomastie qui aura été traitée. Le plus souvent, se sont les gynécomasties mixtes dites glandulaires et graisseuses qui sont corrigées et généralement un départ en vacances (si la destination n’est pas trop longue) est possible 5 à 7 jours après l’intervention. Les patients ont pour consignes de rester « coudes au corps » et de ne pas porter de charges trop lourdes notamment les valises. Pour ce qui est du sport, la course à pied est généralement autorisée à partir du 15ème jour et le sport violent à compter de la 4ème semaine; cela non pas pour un quelconque risque de mauvais résultat mais pour le confort du patient. Pour ce qui est de la plage et de la piscine, même si les douches sont autorisées dès le lendemain de l’intervention, les bains peuvent réalisés à partir de la 4ème semaine une fois que la cicatrisation est bien achevée. Pour ce qui est du soleil, je conseille simplement aux patients d’appliquer de l’écran total (indice 50) sur le point de lipoaspiration situé sous l’aisselle et au niveau de la cicatrice aréolaire (si celle-ci a été réalisée) ceci afin, s’il y avait un bronzage, d’éviter tout risque de dyschromie (trouble de la coloration de la cicatrice)… au cas où il y aurait une exposition importante au soleil…
      Je reste à votre disposition si vous souhaitez avoir des informations complémentaires. Cordialement..

  • fabio dit :

    Bonjour Docteur Picovski,

    Cela fait depuis maintenant une quinzaine d’années que je traine ce complexe de poitrine. Habitant au luxembourg, j’ai pris rdv chez le docteur qui m’a dit qu’en effet diagnostiqué une gynécomastie faible, mais existante.  » Moi je vois que ça « .
    Il était près à m’opéré, mais avant je devais passer des examens chez différents médecins. Ce que j’ai fais. Par contre je ne suis pas passé à l’acte « opération » car il m’à un peu effrayé en me disant que je garderais une cicatrice à vie et qu’elle serait voyante!! Ne me disant pas à qu’elle point elle serait voyante, j’ai perdu confiance de passer à l’acte car je ne veux pas que esthétiquement ça devienne pire que maintenant..
    Ma question est qu’ici l’opération serait pris en charge par la sécurité sociale et je ne sais si c’est le cas si j’effectue l’opération en France? De plus garde t’on effectivement des cicatrices si voyante? Merci d’avance pour votre réponse

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire. Il y a plusieurs points :
      Tout d’abord, pour ce qui est des cicatrices retenez que cela va dépendre du type de correction à apporter ; en effet lorsqu’il s’agit d’un excédent graisseux pur que l’on appel adipomastie, l’incision est une simple petite cicatrice de 3-4 mm cachée sous l’aisselle pour réaliser une lipoaspiration de la poitrine.
      Lorsqu’il s’agit d’une gynécomastie véritable (avec un excédent glandulaire) qui est d’ailleurs fréquemment associé à un excédent graisseux, la cicatrice à réaliser est une cicatrice cachée au niveau de l’aréole (au pourtour inférieur, à la jonction entre la peau pigmentée et la peau blanche). Cette cicatrice est au début rosée et à distance devient très discrète voire quasi invisible.
      Il existe un autre cas dans les hypertrophies importantes de la poitrine ; le cas où l’excès de graisse et de glande s’associent à un important excédent cutanée. Dans ce cas, les courtes cicatrices précédentes ne suffisent pas car il faut absolument retirer la peau qui est en trop, ceci afin que la poitrine ne chute plus lorsqu’elle a été vidée. Généralement il s’agit de cicatrices horizontales de part et d’autre de l’aréole dont la longueur dépend de la quantité de peau à retirer. Ces cicatrices sont voyantes au début (lié à l’hyperplasie naturelle de toute cicatrisation) et s’estompent sur plusieurs mois jusqu’à devenir matures en moins d’un an. L’évolution de la cicatrice dépend de chaque patient. Elles peuvent être visibles même au bout d’un an mais fort heureusement comme c’est le cas le plus souvent, les poils du torse aident considérablement à les camoufler.
      Je reste à votre disposition si vous souhaitez m’adresser des photographies via le formulaire de contact afin que je puisse voir si une simple cicatrice cachée dans l’aréole et un simple point d’incision sous l’aisselle pourraient suffire à corriger cette poitrine qui vous complexe.
      Pour ce qui est de la prise en charge, la sécurité sociale en France rembourse la gynécomastie lorsqu’elle est « accusée » c’est-à-dire lorsqu’elle a un bon volume et lorsqu’elle entraine une gêne psychologique au patient ; ce qui est sans doute votre cas. Il faut pour cela que vous soyez couvert par l’assurance maladie en France.
      Pour ce qui est de la crainte au niveau de la cicatrice, c’est au chirurgien avec son expérience de statuer sur le rapport bénéfice esthétique / préjudice cicatriciel , ceci afin de poser la bonne indication pour cette intervention.
      Fort heureusement, même lorsqu’il y a un important excès cutané à traiter, les patients sont contents du résultat car ils préfèrent «une belle cicatrice à un défaut de contour».
      Cordialement

  • woz dit :

    Bonjour,
    Une lecture de tous les commentaires montrent bien que je ne suis pas seul dans cette situation de détresse…
    J’ai 26 ans et aussi loin que je m’en souvienne j’ai toujours eu un problème de gynécomastie. J’ignore si elle est graisseuse ou glandulaire voire les deux. J’ai, en effet, toujours eu un surpoids que je pense provenir de mon mal-être à cause de ce problème que j’ai toujours considéré comme honteux… Je me suis réfugié dans la solitude et dans la nourriture (un cercle vicieux…). J’ai selon moi gâché une bonne partie de la vie à cause de cela. C’est pour cette raison que j’ai envie d’intervenir maintenant pour ne plus la gâcher davantage.
    Actuellement je fais 173cm pour 75kg. J’ai pesé jusqu’à 100kg vers 15-16ans.
    Je rêve de me débarrasser de ce problème mais l’aspect financier est toujours présent. Je lis dans vos réponses qu’une prise en charge de la sécurité sociale est possible lors d’une vraie gynécomastie. Mais qu’est-ce qui la qualifie ? Des glandes mammaires trop volumineuses dû à un problème hormonale ?
    Aussi, je vois que l’aspect psychologique influe sur une prise en charge. Mais est-elle possible uniquement en cas de gynécomastie ou l’adipomastie peut-elle rentrer dans ce cadre ?
    Je vous remercie sincèrement pour les conseils que vous nous prodiguez.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Je vous remercie pour votre commentaire.
      Les seuls critères pour une prise en charge par la sécurité sociale sont le volume et la gêne psychologique. Pour ce qui est du volume je reconnais qu’il s’agit d’un critère qui est assez subjectif et qui dépend de l’appréciation du chirurgien mais généralement lorsque les patients viennent me voir il s’agit d’une véritable gynécomastie qui les gênent dans leur quotidien (port du tee shirt, piscine…) depuis des années. Il faut savoir également que la prise en charge n’intervient en aucune façon dans une quelconque cause (hormonale ou autre) mais seulement dans les 2 seuls critères que je viens d’évoquer. Egalement pour votre dernière question, retenez qu’une adipomastie seule traitée uniquement par lipoaspiration n’est pas prise en charge par la sécurité sociale (elle est considérée aux yeux de l’assurance maladie comme purement esthétique…)
      Je reste à votre disposition si vous souhaitez m’adresser des photos via le formulaire de contact. Cordialement

  • Miljkovic Nikola dit :

    Je souffre énormément de ce problème depuis mes 12ans sachant que j’en ai maintenant bientôt 18. Pourrais-je dès maintenant consulté une Endocrinologue pour mon problème ou dois-je encore attendre? Car mon médecin généraliste me dit que cela est normal et qu’il faut attendre, cela fait bientôt 5ans que je suis énormément complexer.

    Cordialement, Nikola.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour
      Il existe chez l’adolescent une gynécomastie physiologique transitoire, c’est à dire une gynécomastie qui est naturellement présente et qui tend à diminuer à la fin de l’adolescence pour ensuite disparaître (c’est pour cela qu’il faut toujours faire patienter les adolescents). Mais, malheureusement, ce n’est pas toujours le cas et la régression peut être partielle..
      Vous avez 18 ans et, si votre poitrine garde un certain certain volume et vous gêne, il serait bien effet de commencer par un bilan afin d’éliminer une cause.
      Pour cela, l’idéal serait que vous rapprochiez d’un endocrinologue afin d’éliminer tout composante hormonale dans cette hypertrophie.
      En l’absence de cause (ou si le traitement de la cause n’apportait pas d’amelioration), une intervention correctrice pourrait être discutée. Elle se déroule le plus souvent en ambulatoire, c’est à dire que vous venez le matin à la clinique et vous sortez le jour même. Je reste à votre disposition notamment si vous souhaitez m’adresser vos photos pour un premier avis. Idéalement, avant tout éventuel geste, il serait bien d’avoir un poids le plus proche possible de votre poids normal. Cordialement

  • Hector dit :

    Bonjour,
    Je vois que vous répondez gentiment aux questions qui vous sont posées donc je me permets de vous soumettre mon cas : Etant hypogonadique (pb d’hypophyse), j’ai été traité avec de l’androtardyl depuis près de dix ans, qui a fini par me causer une gynecomastie(glandulaire) à cause de la forte variation hormonale induite. Je sentais ma glande mammaire se gonfler à chaque administration de ce traitement, ce qui m’a poussé à en changer: maintenant je prends du nébido et le phénomène de gonflement à l’administration va mieux bien qu’il n’ait pas totalement disparu. Cependant la gynecomastie est toujours là: outre la gêne psychologique évidente, j’ai une douleur physique à chaque contact un peu appuyé: ceinture de sécurité, position allongée à plat ventre, pratique du judo.
    J’en ai parlé à mon médecin et à mon endocrinologue mais ils minimisent le problème et me disent que ça ne se voit pas et ne m’ont proposé aucun traitement lorsque la gynecomastie se développait, si bien que je suis réticent à leur demander conseil pour une opération, et pourtant je sens bien que cela est indispensable à mon bien-être…
    Ma question est donc la suivante: pensez vous que je vais être obligé de perdre mon temps avec des traitements curatifs médicamenteux(la cause étant clairement d’origine hormonale dans mon cas), sachant que vu l’ancienneté de la gynécomastie je pense qu’elle n’est pas réversible par cette voie?
    Cordialement,

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Il est vrai qu’il faut essayer toutes possibilités de traitement médical avant tout traitement chirurgical.
      Mais, si votre endocrinologue pense qu’il n’y a pas de solution thérapeutique pour un changement de traitement, s’il s’agit d’une gynécomastie importante (et qu’elle vous gène psychologiquement) et si elle est ancienne de surcroît, peut être qu’une intervention peut être évoquée… ceci afin de traiter définitivement certes tout excédent graisseux mais aussi toute hypertrophie glandulaire (qui a certainement été favorisée par votre traitement).
      L’idéal serait que vous en parliez à votre médecin et à votre endocrinologue qui vous connaissent depuis longtemps.
      Pour ma part, je reste à votre disposition si vous souhaitez m’adresser des photos via le formulaire de contact pour que je puisse vous donner un premier avis.
      Retenez qu’il existe fort heureusement une solution et qu’il s’agit « non pas d’un besoin mais d’une envie » et que vous pourrez faire cette intervention tout au long de votre vie quand vous le souhaiterez…. Cordialement

  • SYS dit :

    bonsoir Docteur,
    je suis un jeune homme de 21 ans, j’ai un petit peu le téton gonflé, et lorsque je me sens froid ça devient très normal, je ne sais pas quoi faire,est ce qu’il s’agit d’une gynecomastie ou non, et j’essai le maximum d’être opérer,
    et merci infiniment pour vos conseils

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Il s’agit très probablement d’une petite hypertrophie glandulaire qui pourrait faire l’objet d’un traitement médical (et d’un bilan) par un endocrinologue. Si malgré ce dernier les choses continuaient à vous gêner peut être qu’une correction (sous anesthésie locale) pourrait être indiquée selon l’importance de votre gène. Je reste à votre disposition. Cordialement

  • Raton77 dit :

    Bonjour , je souffre d une gynecomastie depuis l adolescence et j ai 27 ans . Je souhaite réellement m en débarrasser définitivement . Y a t il des risque de récidive suite a l operation ou le résultat est il définitif ? Après m être renseigner je pense que g une gynecomastie graisseuse car je ne sens pas de glande a la palpation . Pourrais je vous envoyer des photos afin d avoir votre avis ? Et sait on avant l operation s il faudra retirer un excédent de peau ou c suite a la lipoaspiration de la graisse que le chirurgien décide de retirer l excédent ? Je souhaite subir cette operation mais Les cicatrices sont un grand frein .

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Je vous remercie pour votre commentaire. Non il n’y a pas de récidive possible si le chirurgien corrige selon les cas, complètement l’excédent graisseux et l’hypertrophie glandulaire pour ne laisser que la peau sur le muscle pectoral. La nécessité d’une cicatrice doit toujours être évoquée par le chirurgien plastique avant l’intervention et ne devra jamais être une surprise pour le patient. C’est au décours de l’examen clinique que le chirurgien confirmera ou non avec son expérience, la nécessité d’une cicatrice supplémentaire (à celle cachée au pourtour inférieur de l’aréole) pour retirer l’excédent cutané afin que la poitrine soit plate pour épouser les muscles pectoraux.
      Je reste à votre disposition si vous souhaitez m’adresser des photos afin que je vous donne un premier avis sur l’indication de la technique opératoire (lipoaspiration seule associée ou non à un retrait de la glande par une cicatrice cachée dans l’areole voire un complément de retrait de peau par une cicatrice horizontale). Cordialement

  • Anomyme dit :

    Bonjour i’ai 13 ans et je ne sais pas du tout si j’ai de la gynecomastie , voici quelque questions :
    1/ J’ai des petit seins mais , me tétons me semble , tout le temps, gonflés , est-ce un des risques de gynecomastie/ adipomastie ?
    2/ Est ce que cela va peut etre se diminuer car je suis en pleine puberté ?
    3/les seins sont obligatoirement dut a cause d’une gynecomatie ou peut etre du a cause d’un surpoid et donc dans ce cas facilement retirable ?
    Merci d’avance 🙂

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Une gynécomastie « physiologique temporaire » est fréquente durant l’adolescence. Ne vous inquiétez pas, cela peut augmenter pour ensuite régresser. Cela est dû à un désordre physiologique hormonal qui est transitoire (rapport œstrogène/testostérone qui est temporairement déséquilibré). Pour l’instant il est important de ne rien faire. Par contre il est toujours bon d’obtenir un poids qui soit le proche possible de la normale et de luter contre tout surpoids… et de pratiquer si possible une activité sportive…Cordialement

  • jean dit :

    bonjour je une gynécomastie depui lage de 15 ans et en juillet jen aurait 18 et quelque foi je des douleur
    je voudrais savoir si celas partira ?

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Une gynécomastie qui apparait durant l’adolescence a des chances de s’améliorer vers l’âge de 17/18 ans. Mais, peut être, compte tenu de votre âge et de son caractère douloureux il serait bien de vous rapprocher d’un endocrinologue afin qu’il vous fasse pratiquer un bilan et qu’il puisse traiter cette gêne (peut être qu’une simple prescription de gel à base d’androgène à appliquer sur la poitrine pourrait vous soulager…)
      Je reste à votre disposition si vous avez des questions supplémentaires et si cette gynécomastie venait à être gênante malgré ce traitement. Cordialement

  • ontheroad dit :

    Pour un homme de 56 ans une intervention chirurgicale est elle possible?si oui avec quels challenges et résultats (gynécomastie et adipomastie)
    ca fait des annnées (depuis tjs) que je vis avec et que ca me pourri la vie et je n’ai découvert que recemment ce que c’était et que cela pouvait être corrigé.
    68kg /173 cm. J’ai pas envie de vieillir avec…j’adore la mer…et ca risque d’empirer non?

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. 56 ans est un âge où une intervention peut être effectuée si le bilan préopératoire complet réalisé ne présente aucune anomalie. S’il s’agit d’une gynécomastie associée à une adipomastie, la correction se fait par lipoaspiration associée au retrait de la glande par une cicatrice cachée au pourtour inférieur de l’aréole. Généralement le patients rentrent le matin et ressortent le jour même. Lorsque la gynécomastie est importante, l’intervention est prise en charge par la sécurité sociale. Par contre, pour ce qui est de l’évolution, il n’est pas du tout sûr que votre gynécomastie se majore (une correction de gynécomastie n’est jamais obligatoire…) et chaque cas est différent….
      Je reste à votre disposition si vous avez des questions supplémentaires ou si vous souhaitez m’adresser des photos via le formulaire de contact. Cordialement

  • Dan dit :

    Bonjour , J’ai 13 ans , Mais j’ai ds tétons gonflés , un pe de seins , Mais vu que je suis en pleine adolescence , Ce peut etre temporaire ? Non ?
    Merci !

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Ne vous vous inquiétez pas. Lors de l’adolescence, il est fréquent que la poitrine gonfle et notamment la glande en arriere des tétons (turgescence des aréoles). Il s’agit d’un mécanisme normal lié à la croissance (il y a temporairement un déséquilibre hormonal) et ceci devrait rentrer dans l’ordre au courant des années qui vont suivre. Un peu de patience… Cordialement

  • sophie dit :

    bonjour, voila je viens vous demandez conseil car j’ai une personne de mon entourage qui souffre de gynécomastie et donc a fait un examen. suite a cela on lui a découvert un sorte de tumeur au testicule. Cette personne souffre intérieurement et fait une forte dépression. Quels sont les recours a suivre? merci de bien vouloir me répondre. Cordialement.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Merci pour votre commentaire. Il faudra surtout conseiller à cette proche personne de traiter en premier lieu sa tumeur pour qu’elle en soit définitivement débarrassée. Retenez que vous pouvez lui dire que c’est cette tumeur du testicule qui favorise la poussée de la poitrine. Nous somme en droit d’espérer qu’une fois la tumeur traitée tout rentrera dans l’ordre.
      Je reste à votre disposition si vous aviez besoin d’autres informations. Cordialement

  • matthieu dit :

    Bonjour, je suis un jeune homme de 25ans (1m86 80kg)sportif, je souffre (psychologiquement) de gynécomastie bi-latérale. Je suis actuellement en traitement. j’applique le soir une crème hormonale sur mes tétons mais je ne vois pas d’amélioration notable. Mon endocrinologue m’a affirmé qu’on pourrait opter pour une opération après trois mois de traitement.
    cependant j’ai peur du résultat, j’ai peur que l’opération mutile mes tétons, et qu’il y ait complication.
    Ces petits seins me gâchent la vie.
    Apres l’opération combien de temps doit-on stopper les activité sportive? combien de temps pour un visuel correct torse nu? merci pour vos reponses

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Comme pour toutes les interventions il y a des complications qui sont fort heureusement rares mais si cette intervention mutilait les tétons j’arrêterai de la pratiquer… Non, fort heureusement, les cicatrices sont discrètes (lorsqu’il n’y a pas un important excédent cutané à corriger) et la plupart des cicatrices des interventions s’estompent en quelques mois. Pour les complications que vous devez connaitre avant une intervention, je vous invite à regarder cette page en cliquant ICI. Il faudra compter une quinzaine de jours avant de pouvoir reprendre la course à pied et 3 à 4 semaines pour les sports violents et la piscine. Pour ce qui est du résultat esthétique, il faudra compter plusieurs semaines (généralement entre 2 et 4 semaines) pour que les ecchymoses et les œdèmes se résorbent et que la poitrine se dessine autour du muscle pectoral.
      Je reste à votre disposition si vous aviez des questions complémentaires. Cordialement.

  • Mike Chen. dit :

    Bonjour Docteur. j’ai subis une prostatectomie totale en janvier 2011.
    le traitement hormonal a provoqué depuis une gynécomastie relativement importante qui doit être opéré le 18 juin. Le chirurgien (généraliste, pratiquant beaucoup d’intervention du cancer du sein chez la femme) m’ a simplement expliqué qu’il allait faire une incision « sous les seins ». Il ne m’a pas dis comment il allait ensuite procéder : lipoaspiration ou autre.
    pourriez vous m’éclairer un peu plus svp?
    je précise que je suis âge de 69 ans.
    Grand MERCI pour votre réponse.
    P.S.: je ne mets pas en cause la compétence du dit chirurgien qui m’a été recommander par mon urologue.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Même s’il s’agit d’une gynécomastie très certainement glandulaire en raison de la cause hormonale, il est grès probable que votre chirurgien réalise une lipoaspiration associée au retrait de la glande. Le premier temps consiste au retrait de toute graisse excédentaire au niveau de la poitrine et le 2eme au retrait de la glande qui se fait par une petite incision soit sous la poitrine (ce qui est actuellement moins réalisé) soit au pourtour inférieur de l’aréole (discrète car située à la jonction peau pigmentée – peau blanche). Généralement vous entrez en clinique le matin de l’intervention et en ressortez le jour même ou le lendemain. Je vous souhaite une bonne intervention Cordialement

  • anonyme l dit :

    bonjour jai 18 et je pense souffrir de gynécomastie je fais 75kg pour 1m80 et j’ai des tétons de plus de 1 cm je ne suis pas en surrpoids et assez musclé (j’ai un peu de ventre et de graisse sur les hanches )mais rien de plus .Je suis vraiment complexé car je ne peux mettre de t-shirts ou autre haut moulant sans avoir honte car ils sont très voyant voila j’aimerais savoir ce que vous en pensée cela vas t-il partir ou non ? sinon que dois je faire ???

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. J’ai du mal à vous répondre. L’idéal serait peut être que vous preniez contact avec un endocrinologue afin que vous puissiez objectiver la nature de cette hypertrophie et éliminer une participation hormonale à sa formation. Si le bilan était négatif et s’il ne trouvait pas de solution médicale, je pourrais être là pour la corriger chirurgicalement. Je reste à votre disposition si vous aviez des questions complémentaires. Cordialement

  • Un jeune de 15 ans dit :

    Bonjour, j’ai 15 ans et je suis atteint d’une gynécomastie.
    J’avais noté des douleurs aux seins il y a deja quelques temps, et je pense qu’elle a vraiment du commencer à se développer il y a 2 ans…
    J’ai donc consulté à deux reprises un endocrinologue :
    – La première fois, il y a quelques mois, on m’a fait une prise de sang pour une analyse du sang ; de plus, on m’a prescrit un gel à appliquer sur les seins, « Andractim ». Ce gel n’a servi a rien, je n’ai vu aucune différence
    – La deuxième fois, trois mois plus tard, j’ai recu les résultats de l’analyse, qui n’avaient rien révélé d’anormal. De plus, j’ai arreté de mettre le gel, qui m’avait été prescrit pour 3 mois.
    En bref, il n’y a rien à faire à part « attendre », ou alors se renseigner pour une opération chirurgicale…
    Je ne pense honnêtement pas qu’elle disparaîtra après l’adolescence, car la gynécomastie dont je suis atteint est quand même assez forte (selon l’endocrinologue). De plus, je ne suis pas « gros » physiquement, c’est vraiment une gynécomastie due à l’augmentation de la glande mammaire, vraiment pas de chance..
    Je ne me vois pas finir l’adolescence avec ce problème, car ne plus pouvoir se mettre torse nu, se retourner dans les vestiaires, enfiler son t-shirt en deux secondes pour s’assurer de ne recevoir aucune vanne, etc… C’est vraiment lourd.
    Donc je ne sais pas trop quoi faire, c’est pour ca que je vous demande mon aide ici, est-ce qu’une opération chirurgicale serait une bonne chose à faire, dans mon cas ?
    Merci d’avance pour vos réponses, qui m’aideront surement beaucoup.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Merci pour vos questions interessantes. Il est vrai que, lors de l’adolescence, la gynécomastie est normalement transitoire mais dans certains cas et c’est peut être le votre, cette gynécomastie peut ne pas disparaitre complètement. Je comprends votre gène mais vous êtes jeune ; je pense qu’il faut essayer d’attendre encore au moins l’âge de 16 ou 17 ans, le temps d’avoir une certaine stabilité sur le plan hormonal et sur le plan de la croissance. Ne vous inquiétez pas, une gynécomastie est facilement corrigeable. Elle nécessite une journée d’hospitalisation. Je suis bien évidemment à votre disposition si vous souhaitez me voir en consultation mais je pense qu’il faudrait attendre un peu…Je sais que vous n’êtes pas en surpoids, mais il faudrait en attendant de voir l’évolution se diriger vers les mesures hygiéno-diététiques, notamment le sport, c’est sans doute ce que vous faites…
      Cordialement

  • Anonyme dit :

    Bonjour, je suis un adolescent âgé de 16ans et depuis 1an (voir plus) je souffre d’un cas de gynécomastie. Je suis aller voir mon médecin généraliste, ce-dernier m’a dit qu’il faudrait surveiller. Mon cas de gynécomastie n’est pas de force majeur, enfin je l’espère, je ne suis pas en vue d’une opération et j’aimerais savoir s’il existe un autre moyen pour que cela disparaît.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Il existe une gynécomastie qui est transitoire lors de l’adolescence et l’idéal serait d’attendre encore un an ou 2 sans aucunement anticiper sur une intervention. L’idéale serait que vous vous rapprochiez de votre médecin traitant soit d’un endocrinologue afin qu’il puisse donner son avis sur une éventuelle indication de bilan hormonal. Parfois des gels d’androgène (andractim) peuvent aider à une certaine régression…. Je reste à votre disposition si vous aviez d’autres questions. Cordialement

  • ENRIQUE dit :

    Bonjour cher DOC.
    en fait , je me suis operé d une genycomastie il y a un mois et demis , mais je commence à m inquieté car je sens que la glande reaparé progressivement, en plus j ai toujours quelque douleurs au niveau des tétons qui sont gonflés . il est possible que la glande mammaire repousse après une opération de gynécomastie ?
    merci bien

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour, Si la glande a été correctement retirée celle-ci ne repoussera jamais. Parfois au bout d’un mois / un mois et demi, un œdème peut réapparaitre et peut faire croire à une récidive. Je ne pense pas que cela soit votre cas car il s’agit d’une «réapparition» précoce…
      Ne vous inquiétez pas je suis sur que dans quelques semaines les choses s’amélioreront d’elles mêmes. Retenez qu’après une correction de gynécomastie le résultat est définitif entre le 3ème et le 6ème mois selon les cas.
      Je reste à votre disposition si vous avez des questions complémentaires. Cordialement

  • Arthur dit :

    Bonjour, Voilà, on m’a diagnostiqué une gynécomastie modérée et j’aurais voulu savoir si il était possible de réduire voir de faire disparaitre le phénomène en faisant beaucoup de course à pied et de musculation ou, si il fallait obligatoirement passer par une opération pour enlever ce problème qui m’embête depuis des années.
    Cordialement.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour,
      Malheureusement, s’il s’agit d’une gynécomastie, c’est qu’il y a une hypertrophie glandulaire et même si toute activité sportive est toujours bénéfique pour la silhouette, pratiquer du sport ne permettra pas de réduire cette glande en excès qui est sous imprégnation hormonale. Ce qui n’est pas du tout le cas dans le cadre d’une adipomastie où le caractère important de la poitrine est lié à un excédent graisseux qui lui est par contre sensible (dans une certaine mesure) au poids et à la pratique du sport.
      Je reste à votre disposition si vous avez des questions complémentaires. Cordialement

  • ER dit :

    bonjour Docteur.je suis un jeune homme j’habite a l’étranger . bon je crois que je soufre de la gynécomastie.mes glandes mammaires sont gonflées et me gène beaucoup.sachant que j’ai 20 ans et je pèse 73 kg. et quand il fait froid ou quand çà touche l’eau.mes glandes se diminue et çà l’aire bon.
    je veux savoir sil ya une solution que la chirurgie. et aussi si les pompes sont déconseillés ou pas ! parce-que la 1ere idee que j’avais a la tete c’est de faire le sport et surtout les pompes!
    merci d’avance Docteur.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour, S’il s’agit d’une hypertrophie glandulaire, malheureusement les pompes (même si une activité physique est toujours bonne pour le corps) n’améliorera pas les choses car comme vous le savez sans doute les pompes agissent sur le muscles et non pas sur la glande. L’idéal serait peut être que vous vous rapprochiez d’un endocrinologue afin qu’il puisse faire le bilan de cette gynécomastie. Je reste à votre disposition. Cordialement

  • Law dit :

    Bonsoir Dr Picovski, Voilà , je crois que je souffre de ce que l’on appelle Turgescence d’aréole Mais le problème c’est que quand je touche il n’y a rien , j’ai l’impression que c’est vide . Et j’ai cherché un peu sur internet mais je ne trouve pas beaucoup d’information . Donc est-ce que vous m’en dire plus svp. Merci d’avance.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour, J’ai du mal à vous répondre pour votre cas précis (il faudrait un examen clinique..) car une turgescence d’aréole est souvent liée à un excédent glandulaire (« noyau » glandulaire en arrière du mamelon). Parfois il y a une composante graisseuse qui participe à ce phénomène. L’idéal serait que vous vous rapprochiez d’un endocrinologue afin qu’il puisse objectiver à l’aide d’examens morphologiques (échographie notamment) les éléments participants à ce phénomène. Je reste à votre disposition si vous aviez d’autres questions ou si vous souhaitiez me voir.. Cordialement

  • X dit :

    Bonjour. Voilà je souffre d’une gynécomastie, plus précisément une turgescence d’aréole, mais ce que je me demande, c’est que quand je touche les tétons bah c’est vide , donc est-ce bien une turgescence d’aréole ou rien ? j’ai ça depuis l’age de 14 ans, et maintenant j’ai 18 ans. ce truc là me pourrit la vie , je ne peux même pas aller à la piscine de peur que les autres se moque de moi. Donc est-ce que vous pouvez m’éclairer sur cette chose qui me pourri la vie. Merci à vous

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. L’idéal serait que vous vous rapprochiez d’un endocrinologue afin qu’il puisse, quand même, éliminer une participation glandulaire. L’endocrinologue fera, si besoin, le bilan hormonal et pourra nous dire ainsi si un traitement médical ou chirurgical pourra être indiqué. Je reste à votre disposition en cas de traitement chirurgical. Cordialement

  • un jeune de 26 ans dit :

    bonjour docteur, je souffre de problème de gynécomastie je suis très complexé je peux même pas enlevé tors-nu je sais plus c’est quoi la solution svp aidé moi

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour, L’idéal serait que vous consultiez un endocrinologue afin qu’il puisse commencer à faire le bilan de cette gynécomastie. Retenez qu’il y a des solutions qui passent par l’obtention d’un poids convenable, le traitement d’une éventuelle cause hormonale jusqu’à l’intervention chirurgicale (en cas de gynécomastie avérée). Je reste à votre disposition. Cordialement

  • Anonyme dit :

    Bonjour docteur,
    Ma question est la suivante, peut on après une opération qui traite une gynécomastie modérée faire de la musculation et avoir par la suite des pectoraux ?
    Merci de votre réponse.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Une opération corrigeant la gynécomastie aura pour but d’enlever la glande (et la graisse selon les cas) et n’aura aucune action sur les muscles pectoraux. Il s’agit de 2 « étages » différents. Si le patient souhaite une poitrine musclée après l’intervention, seul le sport pourra lui apporter des pectoraux musclés.. cette opération de la poitrine ne lui permettra que d’enlever glande (et graisse) qui masquent ces muscles. Je reste à votre disposition. Cordialement

  • 27 ans Gynecomastie unilatéale droite dit :

    Bonjour Dr Picovski,
    J’ai 27 ans et depuis une quinzaine de jour j’ai une gynécomastie droite qui s’est développé progressivement (environ la taille du mamelon, diamètre 1,5cm).
    Je fais du jogging régulièrement (3x45min/semaine) et j’ai beaucoup couru récemment sous la pluie, j’ai mis cela au début sur l’effet Jogger’s Nipple : frottement du tissu sur les tétons (très douloureux sous la douche après le jogging) et j’ai acheté de suite des tissus spécifiques jogging anti-frottement téton. Cependant j’ai du très vite me mettre à courir torse nu, le frottement tissu/teton étant insupportable.
    Ayant des muscles pectoraux assez développés, la masse musculaire n’étant pas contractée elle a tendance bouger de haut en bas lorsque je cours et cela m’occasionne des douleurs au niveau de cette glande mammaire droite.
    J’avais déjà eu un épisode de gynécomastie de cette taille du coté gauche ce coup-ci en 2007 (22ans) qui avait motivé un contrôle échographique qui était rassurant (gynécomastie normale)
    Il est également je pense très important de préciser que j’ai eu un cancer du testicule droit traité par orchidectomie + chimiothérapie + chirurgie abdo pour retirer des ganglions il y a maintenant 2 ans et qui est actuellement en rémission complète. Je dois passer une échographie de contrôle jeudi (abdo-pelvienne + testicule restant), je vais rajouter sur l’ordonnance de contrôler ce nodule teton droit (le radiologue est un ami, tout comme mon oncologue) et je me demandai si je n’avais pas intérêt à passer un coup de fil à mon oncologue pour savoir s’il souhaitait compléter le bilan sanguin (marqueurs tumoraux de contrôle) que je ferai jeudi également (à compléter avec un bilan endocrino complet??).
    Est-il trop tôt pour que je m’inquiète ?? je précise que je fais 1m80 pour 77kg, de taille mince et musclée.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour, Je pense en effet qu’il ne faut pas vous inquiéter… Vous devez maintenant sans doute le savoir mais une gynécomastie survenant à la suite d’un cancer du testicule est consécutive à la sécrétion d’une hormone particulière par le cancer qui est l’hormone chorionique gonadotrope (HCG). Cette hormone tend à agir sur la poitrine et il est rare d’avoir une gynécomastie unilatérale ou grandement asymétrique. Bien sur, devant toute gynécomastie unilatérale et par principe de précaution, il faudrait réaliser un examen morphologique (mammographie et échographie) afin d’être rassuré à ce niveau… ; vous pouvez en effet le soumettre à votre oncologue. Peut être qu’un dosage de HCG (en plus de l’alpha foeto protéine (AFP)) pourrait en effet être indiqué… Votre oncologue sera tout à fait à même de faire le reste du bilan (hormonal en plus du bilan morphologique) pour cette gynecomastie unilatérale.
      Au vue de ce que vous me décrivez, il s’agit très probablement d’une gynécomastie «traumatique» mais, comme toujours en médecine, cela ne peut être qu’un diagnostic d’élimination… Je reste à votre disposition si vous aviez besoin de moi. Cordialement

  • seck dit :

    bonjour docteur,j’ai une gynécomastie très importante j’ai vraiment des seins! je voudrais que vous m’opérez car psychologiquement c ‘est très dur pour moi et je dois me marié en septembre. une intervention serait elle possible au mois de juillet? merci devance.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Il est difficile de vous répondre. Il faudrait pour cela appeler ma secrétaire. Si vous souhaitiez corriger cette gynécomastie, il faudrait avant tout consulter un endocrinologue afin qu’il élimine une participation hormonale à cette gynécomastie. Je reste à votre disposition si vous aviez des questions d’ordre médicale. Cordialement

  • Ludo dit :

    Bonjour! j’ai 31 ans et je souffre (psychologiquement) de ma gynécomastie glandulaire unilatéral depuis mon adolescence. Après un traitement avec du gel prescrit par un endocrinologue et sans résultat, j’envisage une intervention. J’ai un peu de graisse aux niveau de chaque sein, cela ne me dérange pas, j’aimerai juste retirer la glande mammaire disgracieuse de mon sein gauche (qui est gonflé surtout en été). A quel niveau sera la cicatrice? et comment le sein reprend forme sans cette masse glandulaire? merci!

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Pour le retrait de la glande, seule une petite cicatrice cachée au pourtour de l’aréole est nécessaire. Ma crainte se situe par contre dans le seul retrait de la glande chez vous qui risquerait d’entrainer un résultat disgracieux. En effet, si la graisse au pourtour de la glande n’est pas corrigée, l’aspect de la poitrine risque d’être irrégulier avec une aréole « cupulisée » c’est à dire creuse… Vous pouvez avoir des informations en cliquant ICI Pour bien corriger les choses et cela définitivement, il faudra sans doute corriger les 2 composantes et être bien sûr qu’il n’y ait pas d’indication au niveau du sein controlatéral. Ce n’est que dans ces conditions que le résultat est régulier et qu’il n’y a pas de récidive.. Je reste à votre disposition. Cordialement

  • Arti dit :

    bonjour docteur , bon j’ai 21 ans et j’ai des téton qui sont tous le Temp gonflé , au froid ils diminuent de taille et deviennent normale , mes téton on toujours été gonflé depuis ma puberté , je n’ai jamais eu de complication ou des douleurs ,cependant j’ai comme une petite masse graisseuse autour, mais pas beaucoup sachant que je fait dans les 65 KG , penser-vous que c’est une gynécomastie , est es-que sella disparaîtra dans le Temp ou sa va empirer, et es-que le sport aide a se débarrasser d’une gynécomastie , merci de me répondre dans les bref délais .

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Il s’agit très probablement d’une gynécomastie: l’aspect variable (gonflement) de la poitrine, et notamment l’aspect des mamelons variant en fonction de la température, est très évocateur (le relâchement des cellules myoépithéliales de l’aréole laisse ressortir la glande lors de la chaleur..).
      Malheureusement, même si l’activité physique comme la musculation est toujours bénéfique, celle-ci ne fera pas disparaitre une gynécomastie qui par definition est d’origine glandulaire. Parfois, la musculation a une certaine action (indirecte en diminuant la composante graisseuse qui peut être associée) et direct sur l’aspect des muscles pectoraux qui est toujours bon à avoir…mais pas sur l’hypertrophie de la glande située au dessus !…
      Pour résumer, il est rare qu’une hypertrophie de la poitrine disparaisse sauf si elle est due à une grande composante graisseuse (répondant au régime ou au sport) ou à une cause hormonale ou autre (cause qui pourra être traitée).
      L’idéal serait que vous vous rapprochiez d’un endocrinologue afin qu’il puisse objectiver cette gynécomastie, la quantifier et pratiquer le bilan hormonal. Je reste à votre disposition dans le cas où l’endocrinologue ne trouverait pas de cause hormonale et dans le cas ou vous seriez suffisamment gêné pour que je la corrige chirurgicalement. Cordialement

  • enzo dit :

    il n’y’a que la chirurgie qui permette de se débarrasser d’une adipomastie ?
    pas de solutions naturelles ?
    et sinon existe-t-il un moyen , une petite astuce, pour savoir si on a effectivement une gynécomastie ou non ?

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. A part les mesures hygiéno-diététiques (perte de poids et activités sportives), il n’y a d’autres véritables solutions « naturelles » pour traiter ou plus exactement pour améliorer une adipomastie. Ces mesures vont aider à « faire fondre » les graisses et auront un impact sur l’excedent graisseux.
      Pour savoir si l’adipomastie s’accompagne d’une gynécomastie, la palpation en arrière de l’aréole peut nous aider. En effet, si celle-ci décèle un « noyau dur » en arrière de l’aréole, nous sommes très probablement dans le cas d’une gynécomastie, cas où il existe une hypertrophie glandulaire (pouvant s’accompagné à des degrés variables à un excédent graisseux). Parfois, lorsque la palpation de cette zone est douteuse, nous pouvons nous faire aider par une échographie pour mieux apprécier les proportions des tissus graisseux et glandulaire de la poitrine.
      Cette glande en excès ne pourra pas partir « naturellement » et spontanément avec le régime … Dans les rares cas où une cause (hormonale ou autre) est décelée, le traitement de la cause pourra faire régresser l’hypertrophie… Parfois, l’endocrinologue peux tenter un traitement médical simple à bas de gel d’androgene (andractim*) cependant sont efficacité est faible… et il ne reste plus que la chirurgie si la la gêne et le volume demeurent importants. Je reste à votre disposition. Cordialement

  • Homme 23ans dit :

    Bonjour docteur,
    Je fais de la musculation depuis 5ans, j’ai attrapé de la gynécomastie dans les deux pectoraux cette année-ci.Je me suis fais opérer cette année en avril et les glandes recommencent à pousser.Je fais des cures de stéroids qui amplifie les effets d’oestrogènes donc je pensais que après l’opération j’ en serais débarrassé et bien non.Es ce que cela va revenir même si je me refais opérer ?Es ce que je dois utiliser nolvadex ou proviron? Y’a t’il une solution? (J’utilise andractim )
    Bien à vous , merci

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Lorsque la glande mammaire responsable de la gynécomastie a été COMPLETEMENT enlevée, celle-ci ne revient définitivement plus, quelque soit le trouble hormonal. Bien sur je vous invite à éviter tout ces anabolisants et toutes ces cures de traitements médicaux qui ont d’importants effets secondaires… qui peuvent être graves. Cordialement

  • Un jeune de 18 ans dit :

    Bonjour Dr Picovski, j’ai 18 ans et je souffre d’une gynécomastie du moins je pense, à l’âge de 13 ans j’ai attraper des petites boules derrière les tétons, donc j’ai était consulter mon médecin et il m’a dit que ça arrivé souvent chez les adolescents, pendant deux ans j’ai eu ça puis elles sont disparues, pendant un an j’en est plus eu donc j’était tranquille, mais a l’âge de mes 16 ans elles réapparu donc j’ai était voir mon médecin et il m’a dit qu’elle partirons quand j’aurais 18 ans, et là j’ai eu 18 ans en février dernier et aucun changement et pour tant je fais beaucoup de sport et il y a rien toujours des tétons gonfler et de la graisse a la poitrine , je suis très complexé surtout que mon ventre est plat je peux même pas enlevé tors-nu, rien qu’aujourd’hui j’ai était me baigner dans un lac et mes amis me disaient des propos très vexant mais les gens au tour de moi me regarder, j’ai vraiment honte de ma poitrine, j’en est déjà parler avec mes parents mais ils me disent que ça va passer et tout mais là j’en peux plus a cause de ma poitrine je n’est plus confiance en moi et je me sens très mal dans ma peau.
    Merci de me répondre Dr Picovski.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Il est vrai qu’il est possible de rencontrer une gynécomastie transitoire qui est physiologique lors de l’adolescence vers l’âge de 15 à 17 ans. Le plus souvent celle ci régresse et se normalise à l’âge de 18 ans. Parfois la régression n’est pas totale et dans certains cas l’hypertrophie de la poitrine peut être très complexante. Compte tenu de votre âge et de l’absence de régression, peut être pourriez vous vous rapprocher d’un endocrinologue pour qu’il puisse faire un bilan (hormonal) à la recherche d’une cause qui serait traitable peut être sans aucune opération. Si aucune cause n’était décelée et si aucun traitement médical n’apportait de solution et que vous étiez encore gêné, une intervention pourrait être envisagée. Je reste à votre disposition. Cordialement

  • Spirit dit :

    Bonjour, jai 17 ans et jai une gynecomastie glandulaire-graisseuse, vous me conseillez d’attendre jusqu’à mes 20-21 ans pour faire l’opération ou non ? Car je n’ose pas en parler à mes parents.
    Aussi, pensez vous que vous serez toujours disponible pour ce genre d’opération dans 4-5 ans ?

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Passé la fin de l’adolescence vers 17/18 ans, vous pouvez envisager une intervention s’il s’agit d’une gynécomastie avérée et qu’elle vous gène psychologiquement. Bien évidemment, il ne s’agira jamais d’un besoin mais d’une envie… Vous avez également tout à fait le loisir d’attendre quelques années avant de pratiquer cette intervention. En attendant, l’idéal serait que vous vous rapprochiez d’un endocrinologue afin qu’il pratique le bilan de cette gynécomastie. Je reste à votre disposition. Cordialement

  • alex dit :

    tout d’abord je suis content de trouver un site qui traite ce sujet , en effet je suis hypertendu j’ai 48 ans , j’ai suivi un traitement pendant 7 ans ALDACTONE 75 mg et mon corps a commencer a se metamorphoser , j’ai due voir mon nephro qui m’a changer le medicament pour soulager ce « complexe » que j’ai devellopé , il m’a inscris INSPRA 50 mg , mais le probleme persisite je ne sais pas comment faire , je n’ose meme pas partir a la plage ou porter un tee shirt ,c’est un vrai calvaire , merci de me repondre

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. L’aldactone peut être à l’origine d’une hyperprolactinémie pouvant elle-même engendrer une hypertrophie glandulaire chez l’homme c’est-à-dire une gynécomastie. Généralement les choses rentrent dans l’ordre avec l’arrêt du médicament (ou son changement) par normalisation de la prolactinémie. Malheureusement ça n’est pas toujours le cas et il est vrai qu’une intervention peut être envisagée si une gynécomastie avérée et gênante persiste. L’idéal avant d’évoquer toute éventuelle intervention serait de consulter un endocrinologue afin qu’il puisse faire le bilan hormonal complet de cette gynécomastie. Ce n’est que si l’aldactone en etait la cause, si son changement (possible ?) n’apportait pas de résultat qu’une chirurgie pourrait être envisagée. Généralement pour ce type d’intervention vous entrez en clinique le matin et ressortez le jour même (chirurgie ambulatoire). Cette intervention associe le plus souvent à une lipoaspiration, le retrait du noyau glandulaire situé en arrière l’aréole. Cordialement

  • toto dit :

    a preque 60 ans j ai une gynecomastie depuis l adolescence j ai l impression qu en prenant un peu de poids mes seins ont grossi il y a 4 ou 5 ans j ai fait une mammographie ou rien de dangereux n a ètè décelé mais j aimerais m en débarasser que faire?merci

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. La première des choses à faire serait de consulter un endocrinologue afin d’éliminer toute participation hormonale. Retenez que si aucune cause n’était décelée et si aucun traitement médical n’apportait d’amélioration, une intervention pourrait être envisagée. Le plus souvent elle associe une lipoaspiration au retrait de la glande par une cicatrice cachée au pourtour inférieur de l’aréole. Cette intervention est prise en charge par la sécurité sociale lorsqu’il s’agit d’une véritable gynécomastie avérée et se déroule en ambulatoire c’est-à-dire que vous entrez en clinique le matin de l’intervention et que vous ressortez le jour même. Je reste à votre disposition. Cordialement.

  • Julien dit :

    Bonjour Monsieur. j’ai actuellement 22 ans et depuis quelque temps j’ai l’impression d’avoir des seins.
    C’est pas très flagrant à première aperçu mais dès l’instant qu’on touche, on peut voir que c’est flasque. Pourtant je ne suis pas en surpoids.
    Ce soir j’ai vu mon médecin généraliste et m’a indiqué que j’avais bien une Gynécomastie. Je suis vraiment surpris car je pensé me faire à l’idée que c’était que dans ma tete. Je voulais savoir si un médecin généraliste savait vraiment bien diagnostiquer une gynécomastie? Elle ma donné les coordonnées pour faire une radio pour savoir si je n’avais pas un cancer. Mais elle ma confirmé que j’avais une gynécomastie. Merci de votre réponse. cdt.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Un médecin traitant peut tout à fait faire le diagnostic de la gynécomastie et en faire le bilan hormonal et morphologique (échographie mammaire). Cordialement.

  • axel dit :

    bonjour,j’aimerai savoir si on peut remédier à une adipomastie depuis l’adolescence ..ayant perdu du poids pour atteindre 1m88 pour 83 kilos les seins n’ont pas disparu ,j’ai fait une eco et tt et c’est graisseux .il n’y a que la chirurgie pour mon cas? et est ce qu’il y a une possibilité de diminuer la taille de l’aréole avec (je parle de la peau pigmentée autour)j’aimerai savoir la taille normale d’une aréole pour un homme?et cette réduction de la taille de l’aréole si elle doit avoir lieu est ce qu’elle est comprise dans le prix de la gynécomastie ? merci d’avance de votre réponse .

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. A part la perte de poids et le sport qui pourront plus ou moins améliorer les choses dans certains cas (notamment en cas de surpoids, mais ce n’est pas votre cas), la chirurgie reste le traitement de référence qui pourra traiter complètement et définitivement l’adipomastie qui vous dérange.
      S’agissant d’une hypertrophie liée à un excédent graisseux pure, une lipoaspiration seule sera suffisante.
      Pour une réduction de la taille de vos mamelons, il y a une possibilité. Elle consiste en une réduction de taille de l’aréole à l’aide d’une cicatrice située au pourtour. Bien sur il faut une taille suffisante pour que ce geste soit indiqué (la cicatrice circulaire pouvant être dans certains cas un peu visible..). Retenez qu’après le traitement, l’aréole tend à diminuer spontanément de taille au décours de l’intervention, cela est liée à la rétraction cutané après la diminution du volume.
      S’il s’agit d’une adipomastie, l’intervention ne sera pas prise en charge par la sécurité sociale ; s’il s’agit d’une gynécomastie (participation d’un excédent glandulaire), l’intervention sera prise en charge. Bien évidemment, dans les 2 cas le prix de la réduction de la taille de l’aréole fait partie de l’intervention et est inclus dans le tarif. Que le devis soit esthétique ou « conventionné sécurité sociale » l’ensemble du tarif doit être mentionné sur un devis. La particularité du devis sécurité sociale est que les montants des honoraires (du chirurgien et de l’anesthésiste) peuvent être remboursé par votre mutuelle (partiellement ou totalement selon le contrat que vous avez souscrit). Je reste à votre disposition notamment si vous souhaitez m’adresser des photos. Cordialement.

  • monique mo... dit :

    bonjour dr picovski je suis une femme et j ai carement pas de poitrine j ai 46ans ca m empeche de vivre pour dire vrai aucune relation telement j ai honte de mes tout petit seins es qu il existe des medicament pour faire pousser les seins car l operation coute 4000 euros et franchement j ai pas cette sommes que me conseiller vous merci de m aider docteur je vie un cochemar permanent et pour une femme qui na pas de seins c et pas bien voillat tout mes remerciements

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Il n’existe malheureusement pas de médicament pour faire pousser la poitrine. Par contre lorsqu’il existe un bonnet inférieur à A, l’intervention peut être prise en charge par la sécurité sociale. Si vous le souhaitez, vous pouvez m’adresser des photos via le formulaire de contact. Cordialement.

  • jeune complexé dit :

    Bonjour docteur. J’ai 20 ans et depuis environ mes 11 ans j’ai une sorte de petite poitrine. Comme certaines personnes lorsqu’il fait froid cela rétréci. Je suis usé d’entendre des remarques, ou des reflexion même si je pense que je souffre d’une légère gynecomastie. Cela me complexe vraiment lorsque je dois mettre un T-shirt ou me mettre torse nue.
    Lorsque que j’appuie dessus je sens des boules assez dures de diverses tailles..Je me sens horriblement mal, même si ce n’est pas très gros. Merci d’avance…

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Il s’agit sans doute d’un véritable cas de gynécomastie. Idéalement, il faudrait dans un premier temps, non pas consulter un chirurgien mais, un endocrinologue près de chez vous afin qu’il puisse effectuer le bilan hormonal et morphologique complet de cette hypertrophie. Cordialement.

  • Gilbert dit :

    Bonjour docteur, je souffre de gynécomastie depuis le début ma puberté(c’est-à-dire depuis mes 9-10 ans). ayant 15 ans maintenant et ayant fait une batterie de tests cliniques qui ont révélés un fort taux d’œstrogènes dans mon sang, plusieurs gynécologue m’ont prescrit toutes sorte de gels, injection (testostérone)…Depuis maintenant un an, mon équilibre hormonale s’est stabilisé, mais cela m’a laissé des séquelles une hypertrophie des glandes mammaires et adipomastie toute autour de l’alvéole. J’hésite à faire une opération surtout à cause de « qu’en dira-t-on ? » et si il y aura une cicatrice conséquente ? et surtout des effets post-opératoire et si il y a une possibilité de réapparition de celles-ci, merci de prendre le temps de répondre à mes questions .

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. J’ai du mal à vous répondre. Retenez que c’est une intervention ni obligatoire ni urgente et fort heureusement, elle se déroule quasiment toujours le plus simplement possible… Cela dépend de votre gène. ..
      Avant tout, il faudrait être bien sûr d’avoir le feu vert des endocrinologues qui vous ont suivi pour le déséquilibre du taux d’œstrogènes. Quand la gynécomastie est convenablement traitée (correction complète à la fois graisseuse et glandulaire) elle ne récidive plus. Le plus souvent la cicatrice est punctiforme de l’ordre du centimètre et dissimulée dans l’aréole. Vous pouvez avoir des informations sur les complications en cliquant ICI et sur les risques de récidive en cliquant ICI.
      Je reste à votre disposition si vous aviez d’autres questions. Cordialement.

  • Canalès dit :

    Bonjour , voila j’ai 18 ans et je pens avoir une gynecomastie, très faible certes , mais cela me gène. Pensez vous que dans le cas où celle ci est faible , une crème suffirait ? car je suis plutot mince , voir très mince , assez musclé des bras + abdos , et cet gynecomastie est donc etrange . merci d evotre reponse

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Oui, tout à fait, si celle-ci a un volume modéré, peut être qu’un traitement à base de gel d’androgène seul (Andractime) pourrait avoir une certaine efficacité. Je vous propose pour cela de vous rapprocher d’un endocrinologue qui pourra faire le bilan et vous aider dans ce sens. Je reste à votre disposition si vous aviez d’autres questions. Cordialement.

  • Nico dit :

    Bonjour et merci du temps que vous consacré à votre excellent site. J’ai 24 ans et je pense souffrir depuis l’adolescence d’une gynécomastie glandulaire bilatérale.
    Mes tétons pointent vers le bas. Je n’ai pas de problème de poids et ne prend pas de médicaments. Lorsqu’il fait froid ou par stimulation mes tétons se contractent et mes pectoraux prennent alors une apparence tout a fait « normal » ce qui est particulièrement vexant. S’agit-il d’un fait classique pour une gynécomastie ? Y a t-il une méthode (opératoire ou non) autre que l’ablation des glandes pour garder les tétons en contraction permanente ?
    Si mon diagnostique est le bon dans ce cas je suivrais vos conseils en consultant un endocrinologue puis un chirurgien si la gynécomastie est avérée. Merci a vous. Cordialement.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. La variation de la poitrine au froid est un phénomène tout à fait normal. Cela est du à la contraction des cellules de la peau au niveau de l’aréole (contraction des cellules myoépithéliales) qui masquent durant un certain temps, au froid, la projection du mamelon et corrige, ainsi, dans une certaine mesure, l’excès de volume lié à la gynécomastie.
      Il n’y a malheureusement aucune méthode pour garder les « tétons en contraction en permanence ». La seule méthode qui corrige et traite définitivement cet excès de volume de la poitrine est l’opération de la gynécomastie. Cette intervention aura pour but de retirer la glande en arrière des aréoles qui participe à leur projection en y associant un retrait de l’excédent graisseux souvent associé par lipoaspiration. Effectivement, je vous conseille avant tout de consulter un endocrinologue. Je reste à votre disposition si vous aviez besoin de mes services ou souhaitiez m’adresser des photos pour que je puisse vous donner un avis plus précis. Cordialement.

  • ziflon dit :

    bonjour docteur. j’ai 31 ans et depuis la puberté, j’ai une gynecomastie qui a beaucoup grossis depuis quelques année.
    c’est une gynecomastie avec une glande ferme des deux coté. j’ai deja fait des analyse et le medecin a decelé une anomalie au niveau du taux de prolatine assez elevé mais pas alarmate d’apres lui.
    ce qui me gene c’est que je fait un travail manuel et cette gynecomastie me gene lorsque je porte des charges lourdes et c’est tres douloureux au contact .
    mon souhait serai de proceder a l’ablation de ces glandes qui deviennent tres douloureuses.
    mon shouhai serai de procder a l’ablation le plus rapidement possible.
    pouvez vous me renseigner a ce sujet? cordialement

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Bien sur, je reste à votre disposition pour corriger cette gynécomastie mais, avant tout, il faudrait s’assurer de la normalisation du taux de prolactine. Pouvez-vous réaliser un nouveau bilan auprès de votre endocrinologue ? Retenez que, dans certain cas, lorsque la gynécomastie n’est pas très prononcée, la normalisation du taux de prolactine apporte une certaine amélioration ce qui pourrait vous faire éviter une intervention… Je reste à votre disposition. Cordialement.

  • Philippe de Paris dit :

    Bonjour cher docteur Picovski,
    J’ai lu avec beaucoup d’attention toutes les demandes et questions ainsi que vos réponses et commentaires très instructifs .
    Je suis un homme de 42 ans pour 1 m 70 et 85 Kg passés avec une majorité de poids sur la partie supérieure de mon corps (poitrine et abdomen)
    Je souhaite passer vous voir très prochainement pour une consultation en vue d’une intervention dans les jours à venir. Ceci est très réfléchi depuis assez longtemps.
    Je pense selon les differents commentaires souffrir d’une gynécomastie très importante, ce que nous pouvons appeler des seins.
    Enfant, j’ai toujours été en surcharge pondérale et ma poitrine a toujours ete présente, je vis avec depuis toujours. J’ai aussi une masse graisseuse abdominale.
    Malgré de nombreux regimes et une pratique sportive de façon régulière, cette anomalie s’est reduite mais n’a jamais réellement disparue. Jusqu’à présent je m’en suis accommodé car je suis une personne tres sociable et active mais toujours avec une vie un peu en marge de mes ami(e)s (plages, piscine, sport etc). Aujourd’hui je n’en peux plus, je souhaite passer à autre chose et reprendre ma vie en main.
    De plus mon mariage est programmé fin Septembre 2013, je souhaite vraiment que vous m’aidiez à retrouver un équilibre physique et psychologique très rapidement.
    J’attends de vos nouvelles cher Docteur, en espérant vraiment vous rencontrer dans les jours à venir.
    Merci mille fois de votre retour, Cordialement,

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Merci pour votre commentaire qui m’a beaucoup ému. Bien évidemment, je reste à votre entière disposition si vous souhaitez me voir en consultation. Retenez qu’avant tout il faudrait faire le bilan de cette gynécomastie auprès d’un endocrinologue. Je reste disponible d’ici là si vous souhaitez m’adresser des photos ou si vous aviez des questions sur cette intervention. Cordialement.

  • clovis dit :

    bonjour mr je vie au Cameroun je souffre d’une gynécomastie je suis aller rencontre un medecin il ma dit ke c’est une puberte secondaire ke sa paserai si je faisais regulirement les rapport sexuelle jai pris du poids ses dernier annes et mes sein ont augmente de volume je resent une douleur j’ai 28ans et je pese 90kg il ma dit k’il a aucun medicament pour ça sof les rapport. aidez moi et dit moi si cest le mal ki me fais prendre du poids svp je souffre tellement et cette maladie et mal connu dans notre religion

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Les rapports sexuels n’ont aucune incidence sur le volume de la poitrine. Ce qui peut causer une augmentation de volume est une accumulation de graisse et/ou de glande à ce niveau. La solution serait avant tout de perdre du poids et également de faire un bilan endocrinien afin d’éliminer une cause hormonale ; pouvez-vous vous rapprocher de votre médecin traitant qui pourrait faire ce bilan ? d’un endocrinologue ? Notez que si celle-ci persistait malgré l’amaigrissement, une correction chirurgicale pourrait être envisagée par un chirurgien plasticien. Cordialement.

  • Moi dit :

    Bonjour je vais bientôt avoir mes 16 ans et j ai mes glande mammaires gonfle depuis mes 13 ans je ne sais pas quoi faire pour les perdre je mesure 1m78 et pèse 75kg . Ca me ferais plaisir que vous puissiez m aider
    merci bien

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. A l’âge de 15-16 ans, il existe un désordre physiologique hormonal qui est responsable d’une gynécomastie transitoire ; de ce fait il est fort probable que les choses s’améliorent, peut être suffisamment pour que vous n’ayez besoin d’aucune intervention…
      Vers l’âge de 17 ans, si les choses ne s’amélioraient pas, vous pourriez demander l’avis d’un endocrinologue pour qu’il puisse faire un premier bilan et connaitre sa composante (graisseuse et/ou glandulaire) afin de voir si un traitement médical simple ne pourrait pas être indiqué. Je reste à votre disposition si vous aviez d’autres questions. Cordialement.

  • Kevetcaro dit :

    bonjour je me suis fait operer le 11 juillet d’une gynecomastie au niveau des mamelons car ils etaient gonfle, voila donc je voulai vous demandez si c’etait normal que mes mamelons sont toujours gonflé un peu moins qu’avant mais ils pointent toujours autant et je doute qu’ils vont partir je voulais avoir votre avis, merci d’avance.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Ne vous inquiétez pas, vous êtes à 3 semaines et il est fréquent que la zone opérée soit encore dur. En effet, lorsque la glande est retirée, la zone vidée est remplacée par du liquide (sérome et sang) qui peut lors de sa résorption donner une impression de certaine dureté à la palpation. Généralement les choses s’améliorent entre 4 et 6 semaines ; cela ne devrait pas trader à s’assouplir et à se dessiner. Je reste à votre disposition. Cordialement

  • Def dit :

    Bonjour docteur voila a l’age de 16 an je pesè 115 kilo assez rapidement je suis passer a 83killo aujourdui jai 22ans je messure 1,86 pour 89 kilo et jai la poitrine qui retombe sa fait plus de 1an que je fait de la muscul intensive sa marche pas enfin je sens que sa travaile mais sa tombe. La chirurgie et t’il le dernier recour.?

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Je pense que oui… Certainement, il doit exister dans votre cas (en plus excédent graisseux sans doute), un excedent glandulaire…car musculation et et amaigrissement n’ont pas porté ses fruits et je ne crois pas malheureusement, compte tenu des efforts qui ont été déjà faits, que la poursuite de la musculation ou tout autre sport permettra de corriger les choses… Je reste à votre disposition si vous souhaitiez m’adresser des photos. Cordialement.

  • Malheureux dit :

    Bonjour Docteur, Contant du fait que j’ai pu trouver votre site histoire de trouver une solution à ma situation, je suis un jeune homme âgé de 31 ans j’ai eu toujours ce complexe depuis mon jeune age, j’ai cette gynécomastie qui me rend tellement malheureux, je me prive de faire ce que je veux, Je suis en Algérie Docteur, je souhaiterai avoir une orientation de votre part par rapport à ce que je dois faire, Merci infiniment Docteur pour votre attention, au plaisir de vous lire.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. L’idéal, dans un premier temps, serait que vous vous rapprochiez d’un endocrinologue afin qu’il puisse commencer à en faire le bilan. Je reste à votre disposition si vous aviez besoin de mes services ou souhaitiez m’adresser des photos pour que je puisse vous donner un avis plus précis. Cordialement.

  • Karim dit :

    Bonjour Docteur Picovski. Tout d’abord je vous remercie de mettre à disposition cet espace et de donner de votre temps pour nous éclairer.
    Une personne de mon entourage a eu recours à la chirurgie pour traiter son problème de Gynécomastie. Sa Gynécomastie était importante à majorité glandulaire.
    L’opération a eu lieu et le garçon semblait content mais après avoir attendu quelques jours pour juger du résultat(il attendait beaucoup de cette chirurgie…), le résultat n’était vraiment pas à la hauteur des attentes ni du montant des honoraires(relativement élevés) du chirurgien.
    J’ai également était témoin et effectivement le chirurgien n’a pas fait du bon travail, il reste encore un gros noyau glandulaire de chaque coté…
    Le garçon est aujourd’hui anéanti et n’a plus confiance envers le chirurgien qui l’a opéré.
    Ma question est la suivante, est-ce que la sécurité sociale peut ré-intervenir pour une seconde prise en charge si la première intervention a été « ratée »?
    Je peux également vous faire parvenir quelques photos de la poitrine de ce jeune homme. Avec mes remerciements, Cordialement.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Rassurez la personne de votre entourage. Vous évoquiez avoir attendu quelques jours pour juger du résultat. Sachez qu’après une correction de gynécomastie, il faut attendre au moins 4 à 6 semaines pour avoir une idée sur ce que sera le résultat final. Je pense que pour l’instant il est « urgent d’attendre » et de ne pas s’inquiéter.
      Bien sur, s’agissant d’une intervention réparatrice, s’il y avait un défaut de résultat ou un complément nécessaire, la sécurité sociale prendrait en charge la réintervention. Même si je suis à votre disposition pour voir les photos, retenez qu’il est pour l’instant important d’attendre que les zones traitées se dessinent.. Cordialement