Quelles sont les causes d'une récidive de gynécomastie et quelle est la conduite à tenir en cas de réapparition de l'hypertrophie ?

La gynécomastie est définie par une croissance bénigne des seins chez les hommes. Le traitement chirurgical de la gynécomastie est en général définitif. Lorsqu’une récidive de gynécomastie se présente, elle est due à une mauvaise stratégie d’intervention lors de l’intervention, un dysfonctionnement hormonal non traité ou une prise de poids.

Causes de la récidive

Un geste chirurgical non adapté

En règle général, le traitement de la gynécomastie consiste à ôter l’excès de tissu glandulaire, de graisse et éventuellement l’excès de peau autour de l’aréole. Les récidives sont possibles en cas de geste chirurgical incomplet, faisant suite, notamment à une indication erronée lors de la première intervention:

  • La glande mammaire a été retirée (mastectomie pure et isolée) mais pas la graisse autour du sein. Cela induit un résultat non homogène, avec un aspect concave du sein, dû à l’épaisseur de graisse résiduelle en périphérie du sein.
  • Les tissus graisseux ont été retirés, mais la glande a été laissée en place. Seule une liposuccion a été réalisée alors qu’il existait une hypertrophie glandulaire . Le sein présente alors une aréole turgescente (le noyau glandulaire est isolé sans graisse faisant « pointer » le mamelon) .

Un dysfonctionnement hormonal non traité ou son apparition peut être à l’origine d’une récidive

Il peut s’agir d’une maladie thyroïdienne, d’une prise de produits dopants, d’anabolisants, ou d’une prise médicamenteuse. La récidive, dans ce cas, ne se conçoit que si la glande n’a pas été retirée complètement.

Une prise de poids

Une prise de poids supérieure à 10 kilogrammes en particulier si la liposuccion a été incomplète peut être une source de récidive: il s’agit alors plutôt d’une récidive d’adipomastie (gynécomastie graisseuse).  Ce cas ne se conçoit que si la graisse de la poitrine n’a pas été retirée en totalité lors de la première intervention.

Conduite à tenir devant une récidive

  • Un bilan hormonal doit être réalisé, en particulier si le premier bilan effectué est ancien ou incomplet. Une mammographie est réalisée afin de connaitre la densité de la glande, et vérifier l’absence d’un cancer du sein dans le cas d’une gynécomastie unilatérale.
  • Une lipoaspiration de la poitrine en cas d’excès graisseux résiduel, afin de réduire l’aspect concave (en creux) du sein et d’homogénéiser le résultat. La liposuccion est réalisée également lors d’une prise de poids importante induisant l’hypertrophie mammaire masculine.
  • Le retrait de la glande si cela n’a pas été réalisé lors de la première intervention. La cicatrice est alors camouflée par la pigmentation naturelle de l’aréole.
Cause de recidive de gynecomastie

Cause de recidive de gynecomastie ici un retrait glandulaire sans liposuccion responsable d’une cupulisation

  • Au mieux, une liposuccion associée au retrait glandulaire, réalisés idéalement ensemble afin de traiter totalement et définitivement les deux composantes, glandulaire et graisseuse.

< Retour sur la page principale sur l’opération de la gynécomastie

< Voir toutes les questions "Gynécomastie"

2 questions-réponses sur "Quelles sont les causes d’une récidive de gynécomastie et quelle est la conduite à tenir en cas de réapparition de l’hypertrophie ?"

  • Mehdi dit :

    Bonjour Docteur Picovski,
    J’ai été opéré il y a plus de 3 ans d’une gynécomastie avec les deux composantes (graisse et glandes) retirées.
    Mon souci est que le chirurgien a retiré trop de glande d’un coté et que désormais, j’ai une aréole et son pourtour qui forme un creux (concave). Le chirurgien me dit qu’une correction pour combler ce creux ne donnera pas de bons résultats, bref il a tout fait pour me décourager et me faire comprendre qu’il ne fera rien de ce coté…
    Cet aspect concave me dérange surtout quand le pectoral est contracté ou quand j’ai le bras levé. Est-ce que le fait de combler ce creux par ma propre graisse (lipofilling) atténuera le creux seulement au repos ou bien également pectoral contracté ?
    Pour info la graisse autour de la glande et sur toute la surface de la poitrine a bien été retirée lors de l’intervention.
    Un grand merci Dr par avance,
    Cordialement.

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Il s’agit d’un cas typique de « cupulisation » comme évoqué dans cet article. Le traitement consiste effectivement en un comblement de la zone déprimée par une injection de votre propre graisse (lipofilling) associé à une liposuccion de la zone péri-aréolaire (il y a toujours de la graisse à retirer au pourtour de l’aréole, certes à des proportions variables). Si vous le souhaitez, vous pouvez m’envoyer vos photos via le formulaire de contact. Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *