Comment trouver le bon chirurgien esthétique ?

Les consultations avec le chirurgien esthétique

6 mars 2013

Avoir recours à la chirurgie esthétique pour améliorer son aspect n'a rien d'un acte banal. C'est un acte volontaire : il est le plus souvent dicté par un désir très personnel de corriger un défaut qui ne nuit généralement pas à la santé. C'est un acte qui n'est donc pas obligatoire mais qui cependant ne peut être pris à la légère.

Une intervention de chirurgie esthétique est une opération à part entière avec toutes les précautions pré- opératoires que cela suppose,avec le sérieux imposé par le bon déroulement de l’opération, avec l’attention portée au suivi opératoire et avec quelquefois des complications à traiter avec rapidité et compétence.
Comment faire pour concilier ce désir, que certains diraient frivole, d’accéder à la beauté et le sérieux que l’on attend d’une opération chirurgicale ?

Il faut trouver le chirurgien esthétique qui saura :

  • écouter la demande du patient avec attention et bienveillance.
  • prendre le temps d’expliquer le geste opératoire, son déroulement, ses bénéfices mais aussi ses risques.
  • refuser une intervention dont les résultats ne pourraient être à la hauteur de la demande.
  • revoir le patient lors d’une deuxième consultation si le besoin s’en fait sentir.

Il faut avant tout trouver le chirurgien avec qui la confiance s’installe. Mais la confiance ne doit pas occulter la prudence.

Sachant qu’il y a en France, ces dernières années, environ 480 chirurgiens spécialisés dans la chirurgie plastique reconstructrice et esthétique répertoriés par le Conseil National de l’Ordre des Médecins et que 3500 praticiens se disent chirurgiens esthétiques, on doit se poser très sérieusement le problème du choix de son chirurgien.

Bien entendu, le système du » bouche à oreille » fonctionne très bien.
Un chirurgien dont les ratés s’accumulent, ne pourra bénéficier longtemps du côté positif du bouche à oreille. Il fonctionnera pour lui en sens inverse mais il aura eu le temps de faire quelques victimes.

S’adresser à son médecin généraliste ou spécialiste peut également être une solution pour la recherche de son chirurgien plasticien.

En revanche, se diriger vers les cliniques basées à l’étranger comme notamment les cliniques en Tunisie ou au Maroc, qui proposent à grand renfort de publicité, des interventions à bas prix, n’est pas la meilleure solution pour s’assurer une opération réussie et en toute sécurité.
En effet, qu’en est-il du suivi post-opératoire une fois qu’on a quitté le pays en question ?
En cas de complications, qu’en est-il du rapatriement éventuel et de la couverture des soins par une assurance ?
S’il y a contestation du résultat, quel chirurgien fera la ou les retouches nécessaires et à quel prix?
Et enfin, comment vérifier la qualification du chirurgien qui opère?

Ceci amène, outre le rappel des 3500 médecins auto-proclamés chirurgiens esthétiques,à penser que se tourner vers la liste officielle des chirurgiens plasticiens, établie par Le Conseil National de l’Ordre des Médecins est une démarche essentielle dans la recherche d’un chirurgien esthétique sérieux.
En effet, ne peut pas se proclamer chirurgien qui veut.
Un médecin généraliste effectue 7 ans d’étude après le bac avant d’obtenir son diplôme.
Un médecin spécialiste doit faire 12 ans d’études de médecine.
Un chirurgien n’a le droit d’opérer qu’après 13 ans d’études.

Jusqu’en 1981, le Conseil National de l’Ordre des Médecins reconnaissait comme « Compétents » en chirurgie plastique reconstructrice et esthétique les chirurgiens et les médecins ayant une activité chirurgicale (de type ORL, Stomato,Ophtalmo) et ayant suivi une formation universitaire en chirurgie plastique.

A partir de 1988, les « Compétences » sont devenues des spécialités et on a désormais formé des spécialistes en chirurgie plastique réparatrice et esthétique.
Mais Compétents et Spécialistes sont reconnus également par le Conseil National de l’Ordre des Médecins.

Plus récemment, la loi du 4 mars 2002, qui prend en compte les droits des malades et la qualité du système de santé, stipule que les actes de chirurgie esthétique ne peuvent être pratiqués que par des médecins reconnus par le Conseil National de l’Ordre des Médecins en tant que Spécialistes en Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique.
Il est précisé que les spécialistes en stomato, ORL,chirurgie maxillo-faciale,gynécologie et urologie, peuvent pratiquer des actes de chirurgie esthétique mais uniquement dans le domaine anatomique les concernant.

La loi précise que les actes de chirurgie esthétique doivent être réalisés dans des établissements agrées par les Autorités préfectorales et ayant subi une visite de conformité de la DDASS.

Ayant donc choisi le chirurgien en fonction d’un éventuel « bouche à oreille », d’une recommandation d’un médecin, de son appartenance à la liste officielle des chirurgiens esthétiques, de sa qualité d’accueil et d’écoute, il reste à voir s’il s’acquitte bien des formalités pré-opératoires.

  • Le chirurgien esthétique se doit d’informer le patient de manière très précise et très claire ( donc en s’assurant que le patient comprenne parfaitement les termes médicaux) sur les conditions de l’opération, sur son déroulement, sur les risques et les complications que l’intervention peut comporter
  • Il doit l’informer sur le lieu, les modalités de l’intervention et le type d’anesthésie.
  • Il doit lui remettre un devis détaillé.
  •  Il doit laisser au patient un délai de réflexion de 15 jours entre la remise du devis et la date de l’intervention.

Ceci étant posé, le chirurgien remet au patient un document s’intitulant « Consentement éclairé mutuel » où le chirurgien déclare avoir informé son patient de manière complète et où le patient reconnait avoir reçu cette information.

En conclusion, le choix éclairé et réfléchi d’un chirurgien esthétique est une garantie essentielle de la réussite de l’intervention et de sa sécurité.

Retour sur la page d’accueil