Consentement éclairé préopératoire

Suite aux différentes consultations avec le chirurgien plasticien, vous devez être parfaitement informé sur votre intervention : déroulement de l’opération, hospitalisation, type d’anesthésie, suites opératoires, résultats, complications éventuelles, etc. C’est le rôle du chirurgien avant toute intervention.

Si vous pensez avoir bien compris les tenants et aboutissants de l’intervention, le chirurgien vous invitera à signer un document qui détaille celle-ci : le consentement éclairé préopératoire (ou consentement préalable). Il permet de vérifier que vous avez été parfaitement informé sur celle-ci et que vous en assumerez les conséquences.

Ce document ne constitue pas un contrat entre le chirurgien et vous, et même si vous l’avez signé, vous pouvez toujours refuser l’intervention.

Le consentement opératoire doit être lu attentivement et vous devez poser toutes les questions qui vous permettraient d’éclaircir certains points. La signature ne peut être apposée que par des personnes majeures : les parents et tuteurs légaux signeront à la place des mineurs.

Le consentement opératoire diffère du devis, lui aussi remis par le chirurgien et obligatoire depuis 1996. En effet, le devis mentionne les aspects financiers de l’intervention, les qualifications du chirurgien, l’établissement hospitalier choisi, la nature de l’acte chirurgical, le type d’anesthésie, le nombre de jours d’arrêt de travail à prévoir, les examens médicaux préalables, etc. Contrairement au consentement opératoire, un délai légal de 15 jours est obligatoire avant la signature pour les actes à visée esthétique.

Retour au lexique de la chirurgie esthétique et plastique