Baux (Règle de)

Le Pr Serge Baux, pionnier de la Brûlologie mondiale, ancien Chef du service Chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique du Centre des Brûlés de l’Hôpital Rothschild à Paris, auteur du livre « Les brûlures » paru en 2000 chez Hermann, est à l’origine de la célèbre règle de Baux qui fait autorité en matière d’évaluation des chances de survie d’une personne âgée brûlée.

La règle de Baux permet d’évaluer le pronostic vital d’un brûlé selon son âge, la surface et la profondeur de la brûlure (à partir du second degré intermédiaire), et d’éventuelles tares associées et connues comme le diabète ou encore l’insuffisance cardiaque.

La règle du calcul de l’indice est simple : on additionne l’âge à la surface corporelle brûlée (SCB) et on ajoute 15 s’il y a existence d’une tare avérée. Si l’indice dépasse 100, le pronostic vital est très fortement engagé. Pour déterminer la SCB, on se réfère préalablement à la Règle de Wallace.

Par exemple, si le patient a 80 ans, est atteint d’insuffisance cardiaque et qu’il est brûlé sur 5% de son corps, son pronostic vital est compromis (mort probable) : 80+15+5 = 100.

De la même manière, si le patient est âgé de 75 ans, brûlé sur 10% de son corps et qu’aucune tare n’est avérée, son pronostic vital n’est pas engagé : 75+10 = 85.

L’indice ainsi calculé permet de déterminer approximativement le pronostic vital du patient et donc le type de prise en charge à effectuer pour le traitement. En effet, selon la gravité estimée avec cet indice, l’hospitalisation aura lieu soit dans un centre de grands brûlés, soit dans service de chirurgie Plastique classique, soit en ambulatoire avec des pansements à domicile par une infirmière avec contrôle toutes les 48h en consultation spécialisée.

Retour au lexique de la chirurgie esthétique et plastique