Quand faut-il changer ses prothèses mammaires ?

Auteur : Dr David Picovski - 5 mai 2013

Le changement des prothèses mammaires (explantation) ne s’effectue uniquement qu’en cas d’usure des prothèses et de rupture ou si la patiente souhaite un nouveau volume.

Une surveillance régulière clinique et échographique doit être observée tous les 2 ans minimum.

Implants de nouvelle generation en silicone

Implants de nouvelle génération en silicone anatomique et rond dont le changement n’est plus systématique

 Changement de prothèses en cas de complications

  • Certaines patientes porteuses de prothèses en sérum physiologique (eau saline) peuvent présenter des effets d’ondulation et des plis inesthétiques (vagues périprothétiques) au niveau du décolleté. Elles optent donc pour des prothèses de nouvelle génération en gel de silicone ultra cohésif et très résistant.
  • Le remplacement des implants est nécessaire en cas de complications, qu’elles soient symptomatiques ou asymptomatiques: Il peut s’agir d’une usure avec fuite ou d’une fuite sans rupture manifeste (phénomène de « perspiration » des anciennes prothèses). Une fuite peut ne pas être diagnostiquée tout de suite ou être décelée suite à un sein douloureux et inflammatoire (pour les implants au sérum, il s’agit souvent d’une perte rapide de volume).

La rupture de l’enveloppe peut se produire par usure naturelle ou traumatisme (accident).

  1. La rupture intra-capsulaire:  gel de silicone piégé dans l’enveloppe fibreuse (membrane d’exclusion) entourant la prothèse avec l’apparition d’une coque fibreuse.
  2. La rupture extra-capsulaire (rare, du fait de la cohésivité du gel de silicone aujourd’hui): gel de silicone en dehors de la coque fibreuse avec un risque de réaction inflammatoire localisée dans le sein, une modification de la texture du sein, l’apparition d’un ou plusieurs nodules inflammatoires (siliconomes).

Lorsqu’une rupture est soupçonnée à la mammographie et à l’échographie, une IRM mammaire est un examen d’une grande sensibilité qui écartera le doute. Si le diagnostic est validé, le remplacement de la prothèse doit être programmé afin d’éviter la majoration de la réaction inflammatoire du sein et la rétractation cicatricielle réactionnelle.

  • Un déplacement de la prothèse induit également le repositionnement de la prothèse et parfois son changement.

Lorsque la patiente désire un changement de volume et de forme

  • Un changement de prothèse peut être réalisé lorsque la patiente souhaite un changement de volume et/ou de forme de la prothèse: volume plus grand le plus souvent, ou un changement de prothèses rondes pour des prothèses anatomiques ou inversement.
  • Les patientes porteuses de prothèses en sérum physiologique peuvent aussi ne pas être satisfaites de la texture des prothèses en sérum physiologique et opter pour des prothèses en gel de silicone, offrant un aspect et un toucher plus naturel.
  • Lors d’une chirurgie additionnelle: En cas de poids supplémentaire du sein, lié au volume de la prothèse, mais aussi avec le processus naturel de vieillissement de la poitrine, il y aura davantage de facteurs favorisant une ptôse du sein. Ainsi, après quelques années, une correction d’une éventuelle ptôse sera effectuée (cure de ptôse), avec le plus souvent un changement de prothèse pour un volume plus adapté.

Avec l’arrivée des implants nouvelle génération en gel de silicone, fiables en terme de résistance et de sécurité, les complications sont aujourd’hui plus rares. On observe beaucoup de patientes conservant leurs implants mammaires plusieurs décennies sans complications ni modifications. Certaines patientes pourront garder toute une vie leurs implants, d’autres non. Les raisons sont une tolérance différente selon les patientes, avec un certain facteur « chance » (coque certes rare précoce ou non, usure différente selon les patientes…). Les implants, quels qu’ils soient, n’ont pas de durée de vie. Leur remplacement ne s’effectue qu’en cas de complications décrites ci- dessus ou qu’en cas de souhait de changement d’aspect, de volume et de forme.  On relève une durée moyenne de vie des implants de 12 à 15 ans pour ceux en gel de silicone et de 8 ans environ pour ceux en sérum physiologique, mais ces chiffres tendent à augmenter avec les progrès réalisés récemment sur les implants.

Une surveillance clinique avec le chirurgien esthétique ou le gynécologue, mais aussi une surveillance par échographie et mammographie doivent être observées régulièrement afin de s’assurer du bon état de la prothèse et le cas échéant, d’assurer son changement.

< Voir la page principale de l’Augmentation mammaire

< Voir toutes les questions sur l’augmentation mammaire

2 questions-réponses sur "Quand faut-il changer ses prothèses mammaires ?"

  • Carine dit :

    Bonjour !
    Après vous avoir lu, afin de prendre des informations, je souhaiterais vous poser une question.
    Voilà j’ai des implants mammaires depuis décembre 2003 et dernièrement j’ai senti une grosse boule, genre nodule je pense, comme vous l’avez décrit. Est-il l’heure que je les fasse remplacer ?

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Je commencerais par faire une mammographie et une échographie mammaire pour connaitre la nature de cette tuméfaction et vérifier l’état des implants. Si ces examens sont rassurants, il n’y a pas d’urgence à faire quoi que ce soit. Le changement pourra se faire à votre guise, sans obligation, pour améliorer le résultat esthétique et vous débarrasser de cette tuméfaction. Cordialement.