Prothèses mammaires anatomiques ou rondes : quel choix possible ?

Auteur : Dr David Picovski. Dernière mise à jour et vérification scientifique le 26/08/2020.

L’implant anatomique en question pour la chirurgie esthétique des seins

Comprendre ce qu’est une prothèse mammaire texturée

La forme de l’implant

Il existe 2 types de formes : la prothèse anatomique et la prothèse ronde.

Les prothèses anatomiques sont en forme de poire ou de goutte d’eau, elles permettent d’obtenir une forme du sein naturelle.

Les prothèses rondes sont, comme leur nom l’indique, de forme ronde. Elles permettent un décolleté bombé voire pigeonnant mais peuvent également convenir à un rendu plus naturel. Les volumes choisis ainsi que la technique de pose de l’implant permettent de moduler le résultat selon les souhaits de chacune.

Différence de forme entre une prothèse mammaire anatomique et un implant rond classique

Différence de forme entre une prothèse mammaire anatomique et un implant rond classique

L’importance de l’enveloppe de l’implant

Techniquement, un implant peut avoir une enveloppe lisse ou texturée, c’est-à-dire rugueuse. Les prothèses rondes peuvent être lisses ou texturées tandis que les prothèses anatomiques ont une enveloppe uniquement texturée souvent appelée macro structurée qui favorise l’adhérence des tissus mammaires autour de celle-ci.

La texture rugueuse de la prothèse mammaire anatomique est censée empêcher celle-ci d’effectuer une rotation. En effet, les implants anatomiques ont l’inconvénient de pouvoir tourner sur eux-mêmes malgré une pose initiale correcte. Lorsque cela se produit, l’effet est inesthétique et une intervention est nécessaire.

La question de l’enveloppe est déterminante et la texture rugueuse s’est avérée problématique pour la santé des patientes. C’est pourquoi, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) a pris une mesure forte : depuis 2018, tout implant mammaire texturé est à éviter qu’il soit de forme ronde ou anatomique (Source : 1).

L’interdiction récente des prothèses mammaires texturées

Réglementation des implants mammaires anatomiques texturés

Depuis le 21 novembre 2018, l’ANSM recommande d’utiliser des implants mammaires à enveloppe lisse en raison du risque d’apparition d’un lymphome anaplasique à grandes cellules. Le lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC) est un cancer très rare mais agressif (source : 2), il a été diagnostiqué chez des patientes portant des prothèses mammaires à enveloppes texturées. L’ANSM considère que ces prothèses sont un facteur de risque et a décidé par précaution de les retirer du marché (source : 3).

Toutefois, une explantation préventive de ces prothèses n’est pas conseillé pour les patientes qui en portent déjà en raison du caractère exceptionnel du développement de ce lymphome (source : 2). 56 cas ont été déclarés en France en 2019 à l’ANSM par le réseau LYMPHOPATH.

Les implants mammaires texturés sont interdits depuis 2019

Depuis le 4 avril 2019, l’ANSM a officiellement retiré du marché français de nombreux modèles de prothèses qui ont tous comme point commun d’avoir une enveloppe macro-texturée ou recouverte de polyuréthane (source : 3). Ceci concerne en grande majorité les modèles de prothèses anatomiques et quelques modèles de prothèses rondes.

Les prothèses mammaires anatomiques ne sont donc plus utilisées. Seuls, les modèles de prothèses rondes à enveloppes lisses sont envisageables.

A noter : Pour contourner l’interdiction de l’ANSM, des implants anatomiques dits microstructurés ou nanostructurés arrivent actuellement sur le marché mais il n’existe aucun recul sur leur intérêt à moyen ou long terme.

Seule la prothèse mammaire dont l'enveloppe est non texturée (membrane lisse) est autorisée

Dorénavant, seule la prothèse mammaire à gauche dont l’enveloppe est non texturée (membrane lisse) est autorisée

Quelles solutions pour une augmentation naturelle par prothèse mammaire ronde lisse ?

Heureusement, la prothèse anatomique n’est pas la seule option pour obtenir une esthétique naturelle de la poitrine.

On peut obtenir le même rendu grâce au choix de la taille de la prothèse ronde, au choix de sa projection (fondamental) et à la disposition de celle-ci en dual plan.

Implant mammaire rond : quelle projection et quelle technique choisir ?

La projection de la prothèse (ou son profil) correspond à la forme de la prothèse vue de côté. Des prothèses peuvent ainsi avoir le même volume (la même taille) mais des profils ou projections différentes. Il en existe 3 types : bas, haut et moyen.

Prothèses mammaires rondes en silicone: projection basse ou faible, moyenne ou modérée, forte ou haute

Prothèses mammaires rondes en silicone: schéma des différents types de projection (à gauche basse ou faible, au milieu moyenne ou modérée, à droite forte ou haute)

La projection faible (profil bas) est indiquée pour les reconstructions mammaires ou les corrections d’asymétrie.

La projection haute est rarement utilisée en raison de son côté peu naturel (aspect pigeonnant avec un faible diamètre de la prothèse..). Elle reste indiquée, dans certains cas, notamment pour la correction des ptôses mammaires modérées.

La projection moyenne ou modérée est en général la meilleure option pour mimer la prothèse anatomique. L’implant à projection moyenne est alors disposé dans sa partie haute derrière le muscle pectoral tandis que le bas de la prothèse est disposé devant le muscle mais derrière la glande mammaire. Cette technique dite en dual plan permet de cacher les contours de la prothèse, d’obtenir un déroulé progressif et de galber la partie inférieure du sein.

Schéma d'une disposition en Dual Plan d'une prothèses mammaire ronde prenant la forme d'une goutte d'eau

Schéma d’une disposition en Dual Plan d’une prothèses mammaire (Source SOFPRE). La prothèse mammaire ronde prend, dans cette disposition, la forme d’une goutte d’eau liée au tonus du muscle pectoral dans sa partie supérieure, ce qui permet au décolleté d’avoir une pente adoucie.

Avant-après : photos d’augmentations mammaires grâce aux prothèses rondes en dual plan

 

Résultat d'une pose de prothèses mammaires rondes de 330cc en Dual Plan

Résultat avant après d’une augmentation mammaire par prothèses mammaires rondes de 330cc disposées en Dual Plan.

 

Pose de prothèses mammaires rondes disposées en Dual Plan. Avec cette technique, les prothèses mammaires anatomiques ne sont plus nécessaires

Autre résultat d’une pose de prothèses mammaires rondes de 260cc disposées en Dual Plan. Avec cette technique, la pose de prothèses mammaires anatomiques n’est plus nécessaire pour avoir un décolleté naturel même chez une patiente très fine.

Pourquoi utilisait-on les implants mammaires anatomiques ?

Les indications des prothèses mammaires anatomiques

La pose d’implants mammaires anatomiques est réalisée le plus souvent pour augmenter le volume des poitrines chez les patientes ne souhaitant pas un bombé trop important au niveau du décolleté et désirant un pôle inférieur du sein bien déroulé.

Ces prothèses anatomiques doivent leur nom à leurs propriétés esthétiquement proches d’un sein naturel, en aspect, mais aussi à la palpation compte tenu de leur remplissage toujours en gel de silicone afin que l’implant puisse garder cette forme prédéterminée. La forme et le profil de ces implants sont semblables à la glande naturelle d’un sein. Ces implants s’adaptent aux souhaits de la patiente et peuvent être plus ou moins projetés.

Les différents types de prothèses mammaires anatomiques

Ces prothèses sont toujours texturées (enveloppe en silicone dont la surface est rugueuse) afin qu’elles se maintiennent dans le bon axe et de prévenir au mieux une rotation de l’implant qui pourrait agir le résultat esthétique

Elles sont donc toujours en gel de silicone cohésif, avec une « mémoire de forme »

3 types de projections sont possibles : profil bas ou faible, moyen ou modéré et haut
Il y a 3 choix de hauteurs possibles (qui diffèrent d’ailleurs selon les marques) : petite hauteur, intermédiaire et grande.

Les indications

Si les prothèses mammaires anatomiques s’adaptent à toutes les morphologies, elles sont principalement indiquées en chirurgie plastique et réparatrice pour les reconstructions après cancer où il faut restaurer, après une mastectomie, un sein de forme naturelle sur une poitrine complètement plate.

Également, ces prothèses peuvent être conseillées par le chirurgien plasticien dans le cadre d’une chirurgie mammaire esthétique :

  • chez les patientes minces, lorsqu’il existe une faiblesse de la glande (volume du sein initial inexistant ou alors très modéré),
  • chez les patientes souhaitant une augmentation de volume important (bonnet C ou plus) sans bombé artificiel dans le décolleté et avec un joli déroulé à la partie inférieure (seins en poire)

Ainsi, dans ce cas, à volume égal, les résultats de l’augmentation mammaire sont plus naturels que chez les patientes qui auraient mis des prothèses rondes et qui n’auraient pas souhaité un aspect pommelé consécutif au volume apporté.

Note : Les patientes souhaitant une poitrine pigeonnante, ronde, et ce, avec une augmentation modérée optent habituellement pour des prothèses rondes.

Avantages : des seins en forme de poire, en goutte d’eau avec un joli déroulé

Le résultat est un sein répondant aux critères esthétiques naturels idéaux : un pôle inférieur du sein galbé, projeté avec un volume correspondant aux souhaits de la patiente, et une partie haute du sein sans bombement excessif avec un décolleté en pente douce.

La consistance de la prothèse anatomique procure un toucher naturel, grâce à la qualité (la souplesse et mémoire) du gel de silicone cohésif de nouvelle génération.

Les inconvénients

L’aspect peu bombé de la partie haute du sein peut ne pas convenir aux patientes souhaitant un décolleté « pigeonnant ». Dans ces cas, le chirurgien esthétique proposera plutôt une augmentation mammaire par prothèses rondes.

Le principal inconvénient est que les implants anatomiques peuvent subir une rotation, ce qui peut amener à une nouvelle intervention pour remettre la prothèse dans son axe. Les activités physiques violentes sont à éviter durant plusieurs semaines afin de ne pas favoriser leur mouvance.

Le choix de la taille et des dimensions des implants anatomiques lors de la consultation

La prothèse anatomique sera adaptée sur mesure par le chirurgien plasticien selon les souhaits de la patiente et selon trois critères définis selon les possibilités de son anatomie : la projection, la largeur et la hauteur. La multiplicité des gammes de prothèses anatomiques permet une bonne adaptation à chaque morphologie.

En plus des souhaits de la patiente, sont évalués d’autres éléments qui sont en rapport avec l’examen clinique :

  • l’épaisseur du pli cutané mais aussi la qualité de la peau,
  • la forme des seins,
  • les éventuelles asymétries des seins,
  • la visibilité ou non visibilité des côtes,
  • le positionnement des mamelons,
  • la morphologie thoracique.

Le chirurgien esthétique décrit les options de procédures chirurgicales, les modalités de l’intervention, les emplacements des cicatrices, les précautions pré et post-opératoires, le site d’implantation des implants (devant ou derrière le muscle pectoral), et les risques éventuels lié au geste opératoire ou à l’anesthésie.

Les laboratoires offrent des choix très étendus d’implants mammaires anatomiques, avec une exigence de qualité constante. Tailles, formes et type de prothèses proposées permettent un sur-mesure à chaque patiente.

Les suites et résultats

Un suivi régulier avec le chirurgien plasticien doit être assuré par une consultation au 8ème jour, 15ème jour, à 1 mois, 3 mois, 6 mois et un an.

La reprise d’une activité normale peut s’effectuer au bout de quelques jours seulement.

La reprise d’activité sportive peut se concevoir après 2 ou 3 semaines, selon l’état de santé de la patiente.

Une grossesse peut être envisagée plusieurs mois après une augmentation mammaire. L’allaitement n’est pas entravé.

La patiente peut apprécier pleinement sa nouvelle morphologie quelques semaines après l’intervention, le temps que les tissus s’assouplissent. Les seins sensiblement ascensionnés les premiers jours suivant l’intervention, prennent progressivement leur galbe définitif, naturel et harmonieux.

< Retour aux informations générales sur l’augmentation mammaire

Références :

  1. ANSM, Surveillance des implants mammaires (lien)
  2. Réseau Régional de Cancérologie Île-de-France, « Lymphomes anaplasiques à grandes cellules associés à un implant mammaire : actualisation par l’INCa des conduites à tenir », mars 2019 (lien)
  3. ANSM, retrait du marché des implants mammaires macrotexturés et des implants mammaires à surface recouverte de polyuréthane, avril 2019 (lien)

Galerie Photo

Dernières Questions/Réponses