Après une séance d’injections d’acide hyaluronique

Acide hyaluronique

Après une séance d’injections d’acide hyaluronique, il est important que le chirurgien masse bien les zones traitées (rides du lion, rides de la patte d’oie, rides du front, sillons naso-géniens, plis d’amertume et cernes principalement) pour homogénéiser le résultat. Ce dernier est visible immédiatement mais n’est pas encore définitif. Il continue de s’améliorer dans les jours suivants en raison de l’appel d’eau provoqué par le pouvoir osmotique de la molécule et de la résorption progressive de l’éventuel œdème. Les volumes s’adoucissent alors et le visage paraît plus jeune.

On recommande de rester au repos les 6 premières heures en évitant tout effort physique important. Un arrêt de travail n’est par conséquent pas nécessaire. On évitera également de solliciter le visage et donc de provoquer des mimiques ou de rire. On évitera l’alcool, l’exposition au soleil, l’aspirine, les anti-inflammatoires, les UV artificiels, les saunas et autres hammams durant quelques jours.

Un œdème peut apparaître, tronquant légèrement le résultat et provoquant une potentielle asymétrie de celui-ci. Il se résorbe assez vite, en général en 1 à 3 jours selon les personnes et la concentration d’acide hyaluronique injecté. En revanche, si les lèvres ont fait l’objet d’un traitement de rajeunissement par acide hyaluronique, l’œdème consécutif peut parfois perdurer jusqu’à une semaine.

On peut voir apparaître également chez certaines personnes, de petits bleus localisés sur les zones traitées, des petites rougeurs cutanées, voire des démangeaisons. Ils disparaîtront en quelques jours seulement.

Selon les patients, la quantité de produit injecté, le type de produit utilisé, les zones traitées et les facteurs extérieurs (tabac, variation de poids,…), la durée des effets de l’acide hyaluronique est variable. On peut toutefois considérer que pour entretenir le résultat, la séance suivante intervient rarement avant 8 mois.

< Retour à l’acide hyaluronique

Article rédigé par le Dr David Picovski - Dernière mise à jour le 30 août 2012