Lipostructure de seins reconstruits après mastectomie

Reconstruction mammaire

Il existe plusieurs techniques de reconstruction de seins ayant subi une mastectomie à la suite d’un cancer. Bien que celles-ci apportent des résultats très convaincants, il se peut toutefois que l’on observe quelques légères imperfections qu’il est tout à fait possible de rectifier, notamment concernant la symétrie des deux seins (rectification par augmentation du volume du sein reconstruit).

La lipostructure a pour principe de transférer, lorsque la morphologie de la patiente le permet, la graisse située au niveau du ventre, des hanches ou encore des cuisses, vers le sein reconstruit pour corriger l’imperfection. Elle est le plus souvent pratiquée dans un deuxième temps opératoire.

Grâce à cette technique de raffinement, les cellules graisseuses sont réparties harmonieusement dans le sein, rendant ainsi une poitrine symétrique.

Une lipostructure dans le cadre d’une reconstruction mammaire est automatiquement prise en charge par la Sécurité Sociale (voir les tarifs d’une reconstruction mammaire).

Avant l’opération

Cette intervention fait partie de l’ensemble du projet de reconstruction du sein et est prise en charge par la Sécurité Sociale. Ainsi, en consultation préopératoire, le chirurgien plasticien vous détaille l’intervention et vous transmet son devis nécessaire à votre remboursement. Une visite chez l’anesthésiste 48h minimum avant l’intervention est obligatoire.

La lipostructure du sein

Sous anesthésie générale, le chirurgien pratique dans un premier une lipoaspiration des graisses dans les zones de prélèvements définies au préalable. Après séparation des cellules graisseuses destinées à être greffées des autres éléments qui ne le seront pas, il va transférer ces dernières un peu partout dans le sein reconstruit afin d’homogénéiser la greffe. L’intervention dure 1 à 2 heures en fonction du nombre de zones de prélèvement, parfois davantage si d’autres gestes sont associés. Si la lipostructure est pratiquée seule, l’hospitalisation est courte, de l’ordre de 12 à 24h.

Après la lipostructure

Les suites de l’opération sont en général peu douloureuses au niveau du sein, mais un peu plus sur les zones de prélèvement. Les éventuelles douleurs seront calmées à l’aide d’antalgiques dosés pour la circonstance. Des œdèmes dans les zones de prélèvement apparaissent et se résorbent en général sous 3 mois. Des bleus peuvent également être présents. Ils disparaîtront en une dizaine de jours. Le résultat commence à s’observer dès le premier mois. Il faudra toutefois patienter quelques mois supplémentaires pour apprécier le résultat définitif.

< Retour aux interventions de reconstruction mammaire

Article rédigé par le Dr David Picovski - Dernière mise à jour le 30 août 2012

Commentaires (2)

  • Cecilia francoise dit :

    Suite a une mastectomie de mon sein droit ont m’a mis une prothèse en silicone lors de l’intervention le chirurgien c’est apercu que mon muscle pectorale avais lâché . Resultat ma prothèse est descendu vers le bas et a changer la morphologie de mon sein. Le chirurgien pense rattraper en faisant une lipostructure. Je ne connais pas cette intervention et je voudrais avoir des conseils et des temoignages de personne ayant subit cet intervention. Merci

    • Dr Picovski dit :

      Bonjour. Un complément par lipofilling ou lipostructure lors d’une reconstruction mammaire est une opération qui est maintenant fréquemment réalisée. Elle a pour but de parfaire un résultat, d’améliorer l’esthétique et la symétrie. Il s’agit de prendre des cellules graisseuses à un endroit du corps où les adipocytes (cellules graisseuses) sont les plus stockés (généralement les flancs ou région abdominale ou les cuisses), de les centrifuger et de les réinjecter aux endroits où il existe une dépression (manque de volume). Généralement, lorsque la technique est bien pratiquée et que la correction ne nécessite pas une quantité importante de cellules graisseuses, cette technique donne d’excellents résultats avec une prise de greffe dans les 90 à 95%.
      Pour ce qui est des témoignages, méfiez vous, car chaque cas est unique et différent et ce qui est important est non pas la technique opératoire mais son indication. D’ailleurs dans ce que vous me décrivez, j’ai du mal à comprendre ce que fera le chirurgien pour corriger la prothèse qui est « descendue » vers le bas (l’apport de volume ne réglera pas le problème…). Si vous souhaitez, vous pouvez m’adresser des photos via le formulaire. Cordialement.