Liposuccion du cou

Liposuccion du cou

Le procédé de liposuccion est apparu il y a 20 ans environ pour traiter les excédents graisseux localisés ou « lipoméries ».

Les lipoméries (ou communément appelés cellulite) sont constituée de cellules (adipocytes) qui stockent la graisse. Le nombre de ces cellules reste stable chez un même individu car les adipocytes se renouvellent peu voire pas. C’est pourquoi, si on les supprime localement, la zone concernée voit son volume diminuer définitivement.

Pour une liposuccion du cou, le chirurgien intervient au niveau des parties latérales basses du cou, sous le menton et le long de la mâchoire inférieure. Il peut également associer son geste à un autre traitement du double menton (lifting cervical ou lifting du cou, génioplastie).

Liposuccion du cou combinée à un lifting cervical localisé

Liposuccion du cou combinée à un lifting cervical localisé chez un homme

Généralement, on pratique 3 incisions pour introduire la canule en mousse :

  • 1 sous le menton (médiane)
  • 2 sous l’angle des mâchoires (latérales)

Cette opération de lipaspiration possède 2 avantages principaux. Tout d’abord, elle permet de retirer la graisse durablement, les cellules graisseuses ayant un pouvoir de régénération très limité. Ces adipocytes peuvent, au besoin, être réinjectés dans une autre partie du visage (lipofilling) en vue de combler une dépression ou un creux (joue, cernes, sillons naso-géniens…).

Il faut cependant éviter les déceptions du résultat en posant précisément les indications. En effet, une liposuccion du cou seule n’a d’efficacité que si l’état cutané le permet.

A la suite de l’opération, il peut en résulter un œdème et des bleus qui persisteront environ 1 à 2 semaines. Les complications sont rares : surface cutanée irrégulière, infection locale, œdème prolongé.

< Retour à l’intervention de la liposuccion

Article rédigé par le Dr David Picovski - Dernière mise à jour le 30 août 2012

Galerie Photo