Corriger une forte poitrine grâce à la chirurgie esthétique et plastique

Réduction mammaire pour hypertrophie

13 novembre 2012

Occasionnant à la fois des retentissements psychologiques et physiques, un important volume de la poitrine peut être particulièrement difficile à vivre. Grâce à la chirurgie esthétique et plastique, il est tout à fait possible de réduire ce volume et ainsi permettre à la silhouette de retrouver une parfaite harmonie, effaçant complexes et autres troubles physiques.

Identifier une hypertrophie mammaire

L’hypertrophie mammaire concerne un volume de poitrine disproportionné par rapport à la silhouette de la patiente. Afin de diagnostiquer  et avérer son existence, il appartient au chirurgien d’établir un examen clinique qui mettra en relation la taille de bonnet et de soutien-gorge et les mesures de la taille de la patiente, de son poids et de son IMC (Indice de Masse Corporelle). Seule l’analyse clinique peut infirmer ou confirmer sa présence.

Ce sont par ailleurs ces critères qui sont nécessaires à la prise en charge par la Sécurité Sociale en plus de l’obligation de retirer au moins 300 grammes de glande mammaire par sein.

Une hypertrophie mammaire s’accompagne la plupart du temps de retentissements physiques comme des maux de dos en raison du poids de la poitrine, d’éventuels troubles de la croissance, mais très souvent d’une ptose (chute de la poitrine) et parfois d‘une asymétrie.

Le traitement chirurgical

Une hypertrophie mammaire peut être traitée chirurgicalement en réduisant le volume des seins, c’est-à-dire en retirant autant de glande mammaire que nécessaire, afin d’obtenir une harmonie parfaite des seins dans leurs rapports avec l’ensemble de la silhouette.

En rétablissant les proportions et en corrigeant les autres malformations (ptose, asymétrie), les seins trouvent une nouvelle place dans la féminité de la patiente. Au décours d’une réduction mammaire, l’ensemble des patientes sont satisfaites des résultats. Cependant, cette satisfaction est conditionnée par l’acceptation des cicatrices résiduelles. En effet, retrouver l’harmonie de son corps n’est pas sans rançon.

Là aussi, c’est le chirurgien qui détermine, avec la patiente, les incisions qui seront pratiquées pour permettre à la poitrine d’être repositionnée. Les incisions pratiquées par le chirurgien laisseront a minima une cicatrice sur le pourtour de chaque aréole et une autre, verticale, de l’aréole jusqu’au-dessous du sein, d’environ 5 à 6cm. En fonction de l’hypertrophie, une incision supplémentaire peut être pratiquée horizontalement dans le sillon sous-mammaire. Sa longueur est déterminée par le volume de l’hypertrophie et la base d’implantation du sein.

Une réduction de la poitrine peut être pratiquée à tout âge, depuis la stabilisation de la croissance mammaire (vers 17 ans).

Réduction mammaire avant/après

Réduction mammaire avant/après