Les cicatrices possibles pour une augmentation mammaire par implants

Auteur : Dr David Picovski. Dernière mise à jour et vérification scientifique le 17/02/2021.

Chirurgie esthétique des seins par le Dr Picovski à Paris

Les cicatrices sont-elles directement situées sur le sein ?

Les cicatrices reprennent le tracé de l’incision pratiquée par le chirurgien pour réaliser la loge destinée à accueillir la prothèse mammaire. Selon la technique utilisée, la cicatrice peut être sur l’aréole du sein (2 formes possibles autour du mamelon), ou dans le pli sous-mammaire ou encore dans l’aisselle sous le bras.

Les cicatrices possibles pour une augmentation mammaire par implants

Les cicatrices possibles pour une augmentation mammaire par implants (source : SOFCPRE)

A noter : les cicatrices d’une augmentation mammaire sont différentes des cicatrices d’un lifting mammaire (ptôse) qui sont plus plus importantes sur le sein (en verticale) et en forme de T, compte tenu de la nécessité d’un retrait cutané.

Peut-on choisir le lieu de la cicatrice ?

Le chirurgien opte pour une technique en fonction du type de prothèses mammaires choisi, des particularités et souhaits de la patiente mais aussi en fonction des possibilités chirurgicales. Le dialogue médecin patiente doit se faire aussi bien sur le volume de la prothèse que sur le type de cicatrice et l’évolution de celle-ci.

A noter : Le but du chirurgien esthétique est toujours de réaliser une cicatrice la plus fine et la plus courte possible et de s’assurer du bon déroulement du processus de cicatrisation après opération.

La cicatrice axillaire (aisselle)

Dans le cas d’une pose de prothèse par voie axillaire, sous le bras, la cicatrice mesure 3 à 4 centimètres. Elle se trouve juste sous la zone de la pilosité.

Elle présente plusieurs avantages :

  • La poitrine n’est pas incisée, ainsi on évite toute autre cicatrice visible sur le sein, du moins au début ;
  • La récupération est plus rapide du point de vue de la sensibilité du sein ;
  • La cicatrice est discrète au bout d’un an, elle est cachée dans un pli naturel, particulièrement en position debout et allongée.

Elle a aussi des inconvénients :

  • Dans certaines positions, notamment en débardeur, elle est visible ;
  • Elle risque au début de macérer compte tenu de sa localisation sous l’aisselle ;
  • Cette voie d’accès ne facilite pas la confection de la loge de la prothèse par le chirurgien et rend plus délicate la coagulation des vaisseaux.

Les cicatrices aréolaires (sur l’aréole, autour du mamelon)

Elles sont de 2 sortes.

La cicatrice trans-aréolaire

Elle correspond à la technique de pose d’implants gonflables au sérum physiologique (ce type d’implant est maintenant rarement utilisé compte tenu de leur consistance peu naturelle). Elle est horizontale sur l’aréole tout en contournant le mamelon.

La cicatrice hémi péri-aréolaire inférieure (demi cercle en bas de l’aréole)

C’est la voie d’abord la plus souvent pratiquée, tous chirurgiens confondus, pour la pose des implants pré-remplis en gel de silicone.

Aspect des cicatrices hemi-aréolaires inférieures à 4 semaines de la pose des implants

Aspect des cicatrices hemi-aréolaires inférieures à 4 semaines de la pose des implants. L’aspect rosé de la cicatrice s’estompera sur 10 à 12 mois (date de la maturité cicatricielle)

Elles ont de grands avantages :

  • Elle sont quasi-indétectables après cicatrisation grâce à la pigmentation naturelle de l’aréole ; elles sont cachées au niveau de la jonction peau pigmentée de l’aréole/peau du sein et empruntent ainsi la cicatrice physiologique du pourtour de l’aréole ;
  • Elles permettent de mettre en place tous types d’implants.
  • Il n’y a aucun impact sur la capacité à allaiter car l’arborisation terminale des canaux galactophores est conservée.

Elle présentent également des inconvénients :

  • Il peut y avoir au début, des douleurs ou des petites perturbations de sensibilité mamelonnaire qui se corrigent spontanément et progressivement sur quelques semaines (la glande mammaire n’étant pas à ce niveau coupée mais simplement écartée : « discisée »);
  • Les cicatrices sont visibles dans un premier temps. Elles s’estompent progressivement sur un an.
  • En cas de petites aréoles ou chez des patientes jeunes ou des patientes nullipares (qui n’ont jamais accouché), l’implantation de prothèses volumineuses peut être un peu plus délicate.
Prothèses mammaires mises en place par incision hémi-aréolaire inférieure

Prothèses mammaires mises en place en Dual Plan (330cc) par cicatrice hémi-aréolaire inférieure. A un an, la cicatrice est quasi-imperceptible.

Prothèses mammaires mises en place en Dual Plan (330cc) par cicatrice hémi-aréolaire inférieure. A un an, la cicatrice est quasi-imperceptible.

La cicatrice sous-mammaire (dans le pli sous le sein)

Disposition de la cicatrice sous mammaire pour la mise en place d'implants

Disposition de la cicatrice sous mammaire pour la mise en place d’implants.

Elle présente plusieurs avantages :

  • Elle est dissimulée dans un pli naturel ;
  • Elle permet l’insertion de tout type de prothèse même volumineuses ;
  • Elle évite les troubles de sensibilité de l’aréole ;
  • Elle est adaptée pour les ptoses légères (poitrine tombante).

Elle a un inconvénient :

  • Elle peut être assez visible, notamment en position allongée.
protheses mises en place par cicatrice hémi-aréolaire inférieure

Aspect des cicatrices hémi-aréolaires à un an. Ces dernières étant cachées dans le pigment de l’aréole, elles sont dans la majorité des cas imperceptibles.

< Retour à l’intervention de l’augmentation mammaire

Références :

La fiche d’information de la Société Française de Chirurgie Plastique et Esthétique sur la plastie d’augmentation mammaire par prothèses: Fiche

Galerie Photo

Dernières Questions/Réponses